REFLEXION

Enfants de tous pays, sauf ceux de Gaza



Le conflit Palestino-israélien est considéré depuis la création de l’Etat d’Israël en 1949, comme la plus complexe affaire intraitable. L’ONU a eu l’incapacité de contrôler la situation, sous pression des sionistes, qui gèrent le monde économico-politique. Cette situation perdure et seul le peuple Palestinien paye les conséquences de la mauvaise gérance de la part de l’ONU. « Enfants de tous pays » sauf ceux de Gaza bien sur, c’est la fameuse chanson du célèbre chanteur juif Enrico Macias, qui prétend être Algérien de souche, chante pour la paix dans le monde, en oubliant la Palestine, la patrie des trois grandes religions monothéistes, terre des prophètes, purifiée par le sang de ses martyrs. « Jetez vos armes, séchez vos larmes » à qui s’adresse t-il ? Aux Israéliens qui abattent des dizaines d’enfants innocents, voire des centaines et des milliers quotidiennement ? Ou ce n’est que des simples paroles avec un rythme musical dans un but commercial ? Qui sait ce qu’un juif peut planifier, tout est permis pour gagner un dollar. Il chante encore « malheur à celui qui blesse un enfant » mais Yahvé bénisse celui qui tue un enfant Palestinien. Que disait Enrico après l’assassinat du Martyr Mohammed al-Durah , tué monstrueusement dans les bras de son père in live ? Dans ce cas, il faudrait changer le titre de la chanson « béni soit celui qui blesse un enfant ». Un juif, qu’elle que soit sa nationalité ; reste l’être le plus haïssant des musulmans, même ceux qui prétendent être des hommes de paix, qu’ont-ils donné aux enfants Palestiniens ? De la paix ? De l’amour ? Seulement des balles dans le corps. Après tout ce qui se passe, le célèbre juif Espagnol n’a pas osé demander un visa pour l’Algérie, le seul pays arabe qui n’accepte pas les juifs dans son territoire, « Des fous m’ont barré le passage », qu’espérait-il ? Peut-être un tapis rouge d’Alger jusqu’à Constantine. L’Algérie n’est pas une patrie qui reçoit les juifs. Après la Palestine, l’Algérie est le deuxième pays arabe qui a purifié son sol par le sang de plus d’un million et demi de martyrs. « Elle m’attendait je le sais », vous pouvez espérer Monsieur Enrico Macias, l’espoir est gratuit.

Bentounès Réda
Lundi 11 Juillet 2011 - 09:50
Lu 595 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+