REFLEXION

El Bahia en danger

LES PREMIERES PLUIES FONT LE CONSTAT D’ORAN

Les dernières chutes de pluie qui se sont abattues sur la wilaya d’Oran ont confirmé que la capitale de l’Ouest est sous la menace. En effet, et selon un bilan d’intervention établi par les éléments de la protection civile, les pompiers ont eu une très dure journée, samedi dernier, marquée par un nombre assez important d’interventions.



El Bahia en danger
Ce qui caractérise ce bilan est le nombre d’intervention au niveau de la trémie de la cité Djamel, près de la direction d’AVAL SONATRACH, où la pluie a encerclé un véhicule avec à son membre 04 membres d’une même famille, à savoir un homme, sa femme et ses deux enfants, qui se sont retrouvés coincés dans la trémie inondée par les eaux pluviales. Cette famille a du attendre plusieurs minutes, pour que les agents de la protection civile n’arrivent sur les lieux afin de leur porter secours. Même évènement au niveau du quartier de Petit Lac où une femme qui était à bord d’une voiture de marque Maruti s’est retrouvée coincée dans une profonde mare d’eau. Par ailleurs, cette pluie a été aussi à l’origine de la dégradation de la chaussée supérieure de la trémie de la Cité Djamel, ce qui a fait que cette route a été totalement interdite à la circulation pour des raisons sécuritaires. Afin de la vider de tout cette eau, il a fallu une journée complète, de la matinée jusqu’à 17h10, pour que les services de la protection civile arrivent à absorber 300m cubes d’eaux pluviales. D’un autre côté, et en ce qui concerne les infiltrations des eaux pluviales dans les bâtisses et les locaux, ces quelques gouttes de pluie ont fait une catastrophe. Cela a débuté au niveau du quartier des Castors, lorsque l’infiltration des eaux pluviales dans un local destiné au cours de soutien pour des enfants ont « interdit la sortie » à 10 enfants qui se trouvaient à l’intérieur de la classe. Au niveau de la Cité Yaghmoracen, ce sont 04 familles, qui occupaient les caves de 04 immeubles, qui ont été secourues par les sapeurs pompiers. Et enfin, la station de pompage et de dessalement de l’eau de mer de Kahrama, sise à Béthioua, a été, elle aussi inondée. Pour ce qui est des effondrements enregistrés durant l’après-midi d’avant-hier, une femme de 60 ans a été blessée dans l’effondrement des escaliers d’un immeuble situé à la cité Jeanne d’Arc. Fort heureusement que la blessure qu’elle a eu n’a pas été dangereuse. Au niveau de la cité relevant de l’hôpital militaire d’Aïn El Beïda, l’infiltration des eaux pluviales ont été à l’origine de l’effondrement d’un mur de 50 m de longueur et de 03 m de hauteur, et par miracle, sans faire de victimes. La pluie diluvienne qui s’est abattue sur la wilaya d’Oran a été à l’origine du glissement d’un terrain de 10m de hauteur à la cité Zabana. Sur un autre registre, mais toujours concernant les dégâts causés par les chutes de pluie, un spectaculaire accident de la route est survenu sur la route nationale 11, faisant 05 blessés. Il s’agit d’une collision entre un mini bus de marque Toyota et un camion semi-remorque, suite au dérapage des deux véhicules, qui ont perdu le contrôle des freins des deux automobiles, et c’est la collision. Les 05 victimes ont été évacuées vers les UMC du CHU d’Oran. La ville d’Oran est réellement menacée sous les yeux des notables qui sont dans l’obligation de bouger le petit doigt, sachant que, et il faut le rappeler, que cette pluie n’est pas une pluie hivernale, mais une pluie automnale.

A.Yzidi
Mardi 1 Novembre 2011 - 21:02
Lu 404 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+