REFLEXION

Egypte : Une révolution inachevée

Le peuple égyptien après une révolution qui tua les meilleurs de ses enfants fut berné par une classe politique dirigeante militaire qui sous le slogan de la démocratie s’est avérée incapable, prônant le changement et l’égalité, d’améliorer le quotidien des égyptiens qui au lieu de sortir du marasme social dans lequel ils vivaient sous le régime Moubarak, ne font que subir les mêmes pratiques dictatoriales de l’ancien régime.



Donc rien n’a changé, c’est le statu quo.  Comment peut –on changer du fait que les mêmes personnes, à savoir les militaires  ainsi que celles de l’administration de Moubarak furent reconduites à la tête du pouvoir pour pérenniser  l’ancien système  qui n’est pas près de quitter le pouvoir  car plusieurs facteurs sont en jeu à savoir  défendre leurs propres intérêts et surtout les intérêts d’Israël   et ceux des Etats-Unis. Ils veulent à tout prix faire avorter cette révolution qui gène  car la scène politique est scindée en deux clans qui sont omniprésents sur le terrain et qui s’affrontent  violemment à savoir  les révolutionnaires composés  de  tous les opposants au régime  et des opprimés du peuple égyptien qui revendiquent leurs droits légitimes d’une part  en demandant le départ des militaires qui les  massacrent  en utilisant non pas des bombes lacrymogènes mais des bombes à base de produits toxiques comme celles utilisées par les israéliens contre les palestiniens  et donc interdites par les conventions internationales et d’autre part  le clan Moubarak composé des militaires et de tous ceux qui ont bénéficié de tous les avantages de ce régime et qui en bénéficient  jusqu’à l’heure actuelle.  La sécurité d’Israël préoccupe les occidentaux en premier lieu ainsi  que pour s’accaparer de toutes les richesses  pétrolières et autres  de tous les pays arabes car le monde occidental  se trouve  dans le collimateur  de la crise économique mondiale  c’est pour cela qu’il accentue la pression sur les révolutions arabes. Par ailleurs, le problème du maintien de la date  butoir des élections se pose avec acuité sur la scène politique car les révolutionnaires  ne veulent  plus des militaires et demandent  leur départ et   leur remplacement  par un pouvoir civil. Ils refusent des élections anticipées  car  leurs droits sont bafoués. Par ailleurs, le clan Tantaoui  ne veut pas lâcher le pouvoir  et veut  se  maintenir par tous les moyens car beaucoup d’intérêts sont en jeu.  Pour se maintenir au pouvoir et maintenir la date fixée pour les prochaines élections, les militaires sont capables  de massacrer tout un peuple voire  procéder à un génocide et même jusqu’à marcher sur les cadavres de leurs propres enfants s’ils s’opposent  à eux. Les dictatures arabes sont du même moule.  Le peuple égyptien est décidé à lutter jusqu’à la mort  pour défendre  sa révolution et propose un conseil consultatif  afin que toutes les décisions prises par le pouvoir militaire  ne pourront être effectives  que si  elles  sont approuvées par le conseil  consultatif dans le cas où le pouvoir militaire aidé par les puissances étrangères  se maintiendra en place malgré eux.  Toute dictature quelle  que soit sa durée où son pouvoir est toujours vouée à l’échec  et nous avons beaucoup d’exemples devant nous dans le monde.

ADEL
Lundi 28 Novembre 2011 - 11:17
Lu 213 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+