REFLEXION

EXPULSEE DU DOMICILE QU’ELLE OCCUPAIT A LA CITE DU DERB : Désespérée, une femme crie à l’injustice.

Il a fallu une décision de justice pour que le destin de toute une famille entière bascule dans le cauchemar , vu qu’une bonne femme se retrouve dehors protégée par des rideaux improvisés en une tente de fortune, avec 4 enfants tous en bas âges à sa charge.



EXPULSEE DU DOMICILE QU’ELLE OCCUPAIT A LA CITE DU DERB : Désespérée, une femme crie à l’injustice.
La famille Djouad composée d’une mère divorcée et de  4 enfants à savoir : 3 filles et un garçon, a été victime,  pendant la journée  du mercredi après midi, d’une expulsion du domicile qu’elle occupait depuis des années et ce, suite à un arrêté d’expulsion, résultat d’une  longue bataille juridique l’opposant  au fils  de la propriétaire de l’habitation décédée en 2006, lequel eut  gain de cause. Sur les  lieux de l’expulsion situés dans le quartier populaire de Derb, nous avons rencontré la malheureuse mère Meriem accompagnée de ses quatre enfants criant son désarroi et son désespoir victime d’une injustice d’après elle. Cette quadragénaire,  petite fille de Chahid habite  cette maison sise à la rue 17 Mimoune Habib depuis des années, contrainte de quitter pour élire domicile dehors à proximité d’un tas d’ordures.  Une première fois, elle a  construit à la hâte une baraque avec des tôles de zinc, un  abri de fortune pour se réfugier des affres du temps et protéger ses enfants, mais selon ses dires, la nuit du jeudi les forces de sécurité ont envahi les lieux et  ont détruit ce refuge précaire. L’histoire de cette famille a débuté en 2006 après qu’une  vieille femme propriétaire de la maison ; un ‘’haouch’’ abritant  une chambre et une cuisine que la pauvre victime occupait, est décédée. Le fils de la propriétaire a alors entamé  une procédure judicaire pour récupérer la totalité de la maison, en expulsant  la famille de Djouad Meriem. Le témoignage de Meriem est  poignant : « depuis 2002, elle  faisait  partie de ceux qui remplissaient les critères et les conditions  pour l’obtention d’un logement décent que ce soit dans le cadre  social ou du RHP, mais à chaque fois elle se voyait écarter de la liste des bénéficiaires.».  Comment  cette famille composée de 5 personnes voit son avenir  en   habitant  dehors et dormant à la belle étoile et tout cela  à ciel ouvert  à côté d’une décharge, attendant que les autorités concernées se manifestent  et lui viennent en  aide pour qu’elle soit  enfin hébergée dans un endroit décent.

Bouziane Kamel
Vendredi 20 Septembre 2013 - 22:00
Lu 401 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+