REFLEXION

ETABLISSEMENT HOSPITALO UNIVERSITAIRE : Des paradoxes étonnants



ETABLISSEMENT HOSPITALO UNIVERSITAIRE : Des paradoxes étonnants
Juste avant l’ouverture officielle en novembre 2008 de l’EHU d’Oran (établissement hospitalo-universitaire) les responsables de la santé avaient affirmé que cette grande structure sanitaire a été confiée à un groupe Canadien spécialisé en management et en gestion financière de ce type d’établissements. Il est vrai que des représentants de ce groupe basé à Montréal avaient séjourné à Oran en août de cette même année et ils avaient participé à « des séances de travail » pour définir les modalités de prise en charge de la gestion du nouvel hôpital qui à ce jour n’atteint pas encore les 30% de ses capacités d’accueil et de fonctionnement. Selon un responsable de l’époque chargé de ce dossier « tous les équipements médicaux, chirurgicaux et d’exploration ainsi que l’ensemble des plateaux techniques auraient été installés dans les services auxquels ils étaient destinés ». cette certitude dans les propos officiels ne reflétait en fait que les fuites en avant et les mensonges face à une réalité lamentable du terrain truffé de carences et de paradoxes étonnants. On se souvient de ces discours populistes affirmant que tout allait bien dans le meilleur des mondes et qu’un seul « petit problème de canalisation restait à régler puisque l’établissement accusait une température 28 degrés dépassant largement, les normes universelles qui exigent une température ambiante oscillant entre 18 à 20 degrés ». ces précisions entendues à l’époque font aujourd’hui sourire ceux qui ont suivi de présure l’évolution de cette structure qui a coûté au trésor public la cagnotte de plus de 1500 milliards de centimes. Le nouvel hôpital qui jouit d’un statut particulier est doté d’une autonomie administrative et financière permettant notamment les recrutements externes à la fonction publique. Nommé par décret, le premier responsable de l’EHS occupe donc un poste qui serait plutôt convoité par bon nombre de cadres dirigeants en quête d’une grande entreprise publique à gérer. Selon des sources crédibles, le premier directeur installé turque et espagnol. Pour sa part le CEMA (centre américain des études maghrébines) marque la rentrée par une conférence de Nadir Maârouf, un universitaire Oranais installé en France. A El Bahia Wahran où le terrain de la production intellectuelle et culturelle ne cesse de connaître la pénurie et la régression seuls quelques rares passionnés s’accrochent encore à l’espoir de rupture et de changement. Les évènements véritablement porteurs de science ou de culture sont si rares et si précieux que l’on a l’impression que la scène n’est envahie que par les médiocres agitations de quelques amateurs attirés. Et es cercles de médiocrité foisonnent autour des prébendes et des magouilles permises par un hallucinant dérèglement des valeurs sociales. Bon nombre d’Oranais ne cessent d’ailleurs de s’interroger sur l’utilité des subventions et des crédits alloués aux acteurs et aux institution chargées d’animer un semblant de souffle à la culture locale en déshérence. Trop souvent hélas le débat autour de ces grandes questions liées à la vie culturelle de la ville, souffre des mêmes lacunes générées par le culte de la médiocrité et du tâtonnement perpétuel. Le retrait des véritables élites sociales universitaires et les intellectuelles ne pouvait que conduire à l’envahissement du terrain par l’activisme indécent de quelques affairistes notoires comme pour le secteur de l’hygiène publique, de la santé, de l’environnement, de l’urbanisme, de la protection des sites et monuments, ou du football local… celui de l’animation culturelle reste marquée par les improvisations hasardeuses et souvent les dérives dans les pratiques de gestion et de prise en charge de ces grands dossier collectifs.

N. Bentifour
Mercredi 27 Octobre 2010 - 11:13
Lu 824 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 06-012-2016.pdf
3.51 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+