REFLEXION

EST-CE QU’UN SERVICE MINIMUM SERA-T-IL INSTAURE ?! : L’Aid El Fitr : de la contrainte à la pénurie !

L’éternel recommencement des fêtes religieuses marquant les grands évènements de l’islam, dont le sens a une signification sacrée recommandée et dictée par le livre sacré du Coran depuis très longtemps et imposé par le tout puissant à tous les prophètes et messagers par lesquels toutes les populations musulmanes de l’univers ont été et sont conviées à respecter depuis des siècles toutes les règles régies et dictées par l’islam depuis Sidna « Adam » à ce jour, et que tout croyant et musulman doit respecter , qui bien sur s’étaleront sur les siècles et millénaires à venir jusqu’à la fin des temps .



Ces fêtes  célébrées dans des conditions un peu très particulières dans notre ville et même dans  l‘ensemble des wilayas du pays ne reflètent pas totalement ce que le musulman attend de son semblable, espérant de lui toute la contribution et l’aide escomptée pendant ces journées de fête que le jeûneur pense avoir mérité , après tant d’efforts et de recueillements en jeûnes et en prières durant ce mois sacré du ramadhan. Une telle sollicitation , facilitera sans aucun doute , le bon déroulement de ce genre d’événements, tout d’abord par les  autorités concernées  qui doivent s’impliquer  davantage dans  la gestion des transports  afin de le prendre en charge,  exigeant  des chauffeurs de taxi et de bus d’assurer un minimum de service  pour répondre au besoin et  à la forte demande exprimée par le citoyen en cette occasion. Ce problème ,véritable calvaire  redouté  et dénoncé toutes ces dernières années tant  par les usagers  devant se déplacer, pour rejoindre leurs proches, effectuer des visites familiales locales, où pour aller se recueillir devant les tombes de leurs parents, proches ou amis , les pénalisait et leur causait un énorme préjudice . Le deuxième point aussi  essentiel et plus important que le premier, c’est cette absence de pain introuvable partout en ces jours de fête, un véritable casse tête pour les familles que les boulangers n’arrivaient  pas à satisfaire pour différentes raisons invoquées par eux, mais  qui ne justifiaient en rien cette pénurie  voulue et provoquée par ces artisans désorganisés et égoïstes  qui ne pensaient qu’à eux-mêmes en fermant leurs boutiques ne se souciant guère du consommateur, lequel malgré sa fidélité se trouvait pénalisé et sacrifié à la moindre occasion. Tous les rappels à l’ordre signifiés par l’Etat n’arrivaient pas à dissuader ces commerçants récalcitrants qui faisaient la sourde oreille, et restaient insensibles à toutes les doléances formulées par les citoyens et ne semblaient nullement impressionner par les menaces et les mesures et sanctions qui pouvaient  en découler  et être prises  à leur encontre. Avec  tant de tracasseries  et de contraintes, ces fêtes non satisfaisantes avaient un goût très amer et ne charmaient guère le citoyen par toutes ces pénalités auxquelles il était confronté. Même les bébés et les enfants n’étaient pas épargnés, et souffraient de l’indisponibilité du seul aliment pouvant  les nourrir, le lait qui était  introuvable,  quelques ménagères ne pouvant s’approvisionner  auprès des épiceries ou les légumiers dont les rideaux étaient fermés regrettaient l’éternelle  « chorba »  servie quotidiennement  pendant le ramadhan. On remarquait que seules quelques pharmacies assuraient une permanence, très contestée par certains malades qui devaient  se déplacer partout et  très déçus par l’indisponibilité de  certains produits pharmaceutiques  très nécessaires et essentielles aux soins  et à la maladie concernée par ce type de médicaments. Voilà comment se passaient les fêtes de l’Aid dans notre ville, qui ne favorisaient en rien le quotidien des habitants, qui ont toujours sollicité l’Etat pour  une meilleure prise en charge de ces problèmes, et une grande rigueur dans la prise des décisions de sanctions. Espérons que Pour cette année  les mesures adéquates décidées par le gouvernement  seront très bénéfiques et auront un effet positif sur ce type de gestion.                                                

B.Adda
Lundi 5 Août 2013 - 11:00
Lu 168 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+