REFLEXION

ES-SENIA : Des habitants du bidonville protestent et paralysent le trafic ferroviaire

La région d’Es Senia, à Oran, a constaté, au cours de cette semaine, de vastes protestations et une situation tendue au milieu de la population de l'un des bidonvilles, situé le long de la voie ferrée, plus exactement près de la gare ferroviaire d’Es-Senia, où près d’une centaine d’habitants ont exigé d'accélérer leur déménagement et les sortir du cauchemar du bidonville, paralysant ainsi la circulation des trains, avant-hier, dans la matinée.



Ces derniers ont bloqué la voie ferrée par des pneus en caoutchouc, des  roches, et d’autres objets hétéroclites, ce qui a causé le blocage de 18 trains, qui sont restés immobilisés à la périphérie d’Es Senia, qui ne pouvaient pas se rendre à la gare principale située à Plateau, y compris les trains de passagers et de fret et ceux transportant du carburant. Une situation qui a poussé à l’intervention des autorités de sécurité, ainsi que le chef de daïra d’Es Senia, et des élus pour tenter de dissuader les manifestants à renoncer au blocage du chemin de fer pour permettre le passage des trains, mais les tentatives faites par les autorités ont échoué, ce qui a nécessité à sécuriser les lieux par des renforts importants, où des heures après, les manifestants ont évacué les lieux et libéré la circulation aux trains, et ce après la réception par les autorités de wilaya des représentants des manifestants qui ont reçu des promesses, à cause de la situation désastreuse dans laquelle ils vivent depuis trois décennies. Malgré le retour du mouvement des trains, avant-hier matin, au niveau du passage ferroviaire d’Es Senia, les manifestants sont restés positionnés dans un lieu tout près au milieu d’une présence sécuritaire. Selon des sources concordantes, rapportées par la presse, les habitants du bidonville à la périphérie d’Es Senia, à l’exemple de ‘’Cumo’’, et ‘’Douar’’, ont entrepris leur mouvement de protestation après l'expulsion de l'un des habitants en détresse, ce qui a alimenté la colère des manifestants qui ont fermé le siège de la daïra d’Es Senia, pour la deuxième journée consécutive  pour se joindre à eux dans la matinée d’avant-hier, des centaines de résidents des bidonvilles de la banlieue d’Es Senia, où ils ont lancé un mouvement de protestation à travers laquelle ont pris pour cible la voie ferroviaire, comme un moyen pour exprimer leur souffrance intense de vivre sous des huttes  depuis plus de 30 ans. En face de cette situation, les responsables de l'entreprise ont été contraints d’annuler tous les trains en provenance et au départ d’Oran, afin d'éviter les excès et mettre en danger la vie des passagers où les wagons de transport de carburant et de cargaison au risque, alors que le mouvement ne s’est rétabli que vers l’après-midi d’avant-hier.

Touffik
Mardi 1 Mars 2016 - 18:28
Lu 183 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+