REFLEXION

ERADICATION DES STATIONNEMENTS ANARCHIQUES A ORAN : Les parcs auto de la commune dans l’ingérence



Inscrit dans le cadre des grandes lignes des ouvrages programmés par la wilaya ayant pour objectif l’éradication des stationnements anarchiques et notamment éluder les tentatives de vol d’essence et d’auto radio ou tout autre équipements, dans les actuels aires de jeu et de détente de fortune où des bonhommes à gourdin activent informellement et uniquement le jour, sans aucun intérêt général. En effet, c’est face au déploiement d’aire de stationnement ici et là de manière désordonnée que l’idée à émergé d’organiser, le secteur en réalisant des structures publiques légales et autorisées avec un maximum de sécurité et d’assurance. En outre cette conception rentre dans le cadre d’un vaste programme élaboré par la wilaya d’Oran prévoyant également la réalisation de 07 autres parkings à étages à travers tout le tissu urbain. A l’instar de toutes les grandes villes du pays, Oran n’échappe pas à l’augmentation fulgurante du nombre impressionnant de véhicules qui y circulent sans interruption de l’aube au crépuscule et à l’impression qui en émane. Si au niveau de la circulation, fluide sauf aux heures de pointe de la ville, les choses s’améliorent à la grande satisfaction de beaucoup d’automobilistes qui pensent en revanche qu’énormément de voitures sont en circulation. Au sujet de l’organisation des parkings et des aires de stationnement sujet qui suscité de plus en plus de colère de la part des automobilistes pour lesquels le stationnement de leurs véhicules en ville se transforme en calvaire. « Où que vous vous arrêtiez, un jeune, ne portant aucun signe distinctif, surgit et vous demande de payer pour le gardiennage de votre véhicule » racontent plusieurs automobilistes ne sachant sur quel pied danser devant ce racket dont ils font l’objet et dont ils dénoncent les agissements « il n’y a pas un espace ni coin de trottoir, ni une ruelle qui ne soit pas soumis à cette dîme imposée par des jeunes autoproclamés gardiens de parking. Parmi les automobilistes, il y a ceux qui acceptent de payer sans rechigner 30,35 au 50 DA » car ces surveillants de voitures ont chacun un tarif, des conditions et d’horaires d’exercice différents. Ceux qui refusent de payer et de se faire plumer à longueur de journée sont contraints de quitter les lieux avec leurs véhicules ou de les garer ailleurs, mais au risque de retrouver leurs carrosseries rayées au carrément embouties par un choc « évidement, il ne se trouvera aucun témoin pouvant décrire l’auteur du forfait » des querelles entre automobilistes et gardiens et entre gardiens eux-mêmes qui se revendraient des territoires des bouts de trottoirs et des aires de stationnement, des altercations violentes pouvant se terminer dans un bain de sang, sont le lot quotidien des rues de la ville. Le phénomène se propage vers toutes les grandes communes de la wilaya. A tel point que l’ex président de l’APC. M. Benkadda Sadek avait exhorté les commissions en place à plus de rigueur néanmoins pour l’organisation des 500 parcs qui sont hors contrôle. Mais cela serait-il suffisant pour enrayer ce phénomène de gardiennage sauvage des voitures ? Activité « légitime » pour les jeunes souffrant d’un chômage endémique « illégale » pour les autorités qui souhaitent l’organisation et toucher le pactole qui en découle.

N.Bentifour
Dimanche 21 Novembre 2010 - 22:01
Lu 350 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+