REFLEXION

ENTRE NOUS : Moralisation de la vie et culture de tout homme public en relation avec les citoyens



Tout homme public est tenu d'observer de manière stricte et irréprochable un comportement en harmonie avec la stature qu'il est censé incarner autant dans son langage que son attitude affichée en public.
De toutes les prestations fournies, le citoyen ne retiendra en mémoire comme symbole de sa personnalité que son franc parler, son sens du jugement, la pertinence de son analyse au sujet des questions posées, sa capacité à raisonner, ses réactions et répliques à l'endroit des problèmes posés. En résumé à ne pas se déjuger et convaincre le citoyen avec arguments à l'appui.
Au vu de toutes ces règles de la moralité, nos élus et principalement les maires se doivent d'établir une feuille de route, un ordre du jour quotidien qui autour d'un Briefing s'attèlent à régler les préoccupations des citoyens et qu'au lendemain du même Briefing les responsables concernés doivent rendre compte de l'exécution des tâches confiées la veille. Et au P/APC de ne pas se contenter des dires de ces responsables, mais vérifier sur le terrain si ses orientations ont bel et bien été exécutées.
Ce n'est qu’à ce titre que la confiance sera rétablie entre citoyens et administrations.
Je suis désolé de voir, monsieur Le Wali qui a d'autres chats à fouetter tels que les projets de grande envergure qu'il a lancés, relancer les élus sur l'état lamentable de nos cimetières.
Je suis désolé de constater la mise en place par des citoyens de dos d'ânes anarchiques sans aucune conformité devant leurs demeures y compris de grosses cordes.
Je suis désolé de constater que la plupart des commerçants de la ville mettent des obstacles (Futs-Caisses ...etc.) devant leurs commerces et ce au vu et au su de tous les responsables concernés. Alors que le citoyen passe des heures à tourner à la recherche d'un petit coin pour garer sans parler de certaines personnes qui se sont autoproclamées gardiens avec de lourdes matraques à la main et vous devinez la suite.
Je suis autant désolé qu'aucun Imam à travers toutes les mosquées ne surmonte les fidèles dans l'honnêteté, la discipline dans le travail, le respect des horaires ...etc. Car il ne sert à rien de remplir les mosquées au détriment de son travail pour lequel il est payé (La hila maa allah) pour ne citer que ces exemples il y a de quoi entendre à longueur de journée "L'Etat est absent".
Au vu de toutes ces règles drastiques de la moralité universelle où en sommes-nous ? Quelle crédibilité faut-il accorder à nos élus ? Que représente la part de vérité dans le flux de mensonges qu'ils déballent lors des discours destinés aux populations lors des campagnes électorales.
Autant de questions troublantes qui me laissent perplexe devant l'équation politique de ces élus est ainsi posée.
Que dire de ces autres fonctionnaires zélés et arrogants envers les administrés dans leur relation conflictuelle de communications ou même de l'exécution des tâches relevant de leurs fonctions et attributions.
Dire vrai, parler juste et utile, respecter ses engagements avec les citoyens, les horaires de travail, les rendez-vous. La courtoisie n’a jamais tué personne.
Tels sont les gardes fous du discours politique et les vertus cardinales de tout commis de l'Etat et principalement les élus qui ont une relation directe et permanente avec les citoyens.
Tout le monde sait que nos élus reflètent au travers de leur comportement du moment tout l'Etat de marasme et de délinquance qui ronge profondément la société algérienne.
En ce moment où nous manquons cruellement de sagesse et de discernement dans nos propos et comportements et à Hauteur de ce mépris commis gratuitement à l'endroit de ces populations sans armes mais dont l'espoir demeure entier.
Revenir au plus vite aux bonnes mœurs de communications nous incite à revoir de fond en comble toute la pyramide des valeurs qui est la base de l'émergence vers le sommet de l'Etat, et de ces nombreux démembrements de toutes ces médiocrités qui n'ont fait que ternir l'image de l'Administration.
Pour conclure, j'ai été désagréablement surpris et choqué lors des festivités du 1er Novembre quand tous les orateurs se sont succédés pour commenter la révolution mais aucun d'eux n'a parlé de l'avenir de cette glorieuse révolution en inculquant aux nouvelles générations l'esprit du 1er Novembre , l'amour de la patrie , le sacrifice et ce en hissant le drapeau algérien sur tous les toits à l'occasion du 1er Novembre et du 5 Juillet comme nous le faisions par patriotisme jusqu’ aux années 70-75 ..

 

M. Benzeghli Belkacem
Vendredi 22 Janvier 2016 - 16:33
Lu 141 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+