REFLEXION

ENTRE NOUS : ‘’Marre du rafistolage’’



Du pur ‘’ Kaouar ouati elaouar’’, qui pourrait être une expression devenue un mode de formulation préféré des citoyens qui s’ébrouent et dénoncent. En ce sens, s’il n’est pas question d’un trou délaissé en pleine rue pendant des …! , nécessitant des réparations urgentes, et non bien sûr du ‘’bricolage’’. Il pourrait s’agir des problèmes affectant la voirie, de constructions mal réalisées ou abandonnées, d’immeubles s’effritant, des routes mal entretenues etc… dont l’impact serait préjudiciable à la santé du citoyen physiquement et/ou moralement. Il pourrait aussi nuire financièrement au budget de l’Etat… La complexité des diverses anomalies ‘’bricolées ‘’ anime une actualité quotidienne déplorable remettant en cause un travail ‘’ bâclé et rafistolé ’souvent dénoncé. Il n y a qu’à voir ces immeubles à la limite de l’insalubrité, ces rues urbaines sales...  Comment doit-on qualifier cette façon de faire, d’opérer, d’agir ?  Chacun peut voir les choses à sa manière. Il y a celui qui dit que ce ‘’labeur’’ aurait été bricolé s’expliquant tout simplement par un ‘’j’m’enfoutisme’’ mais hélas rémunéré en conséquence. Tandis que, d’autres dénonceraient « un rafistolage, en disant y en a marre, ça fait des années que ça dure », ils  remettraient peut-être en cause l’absence de contrôle et de suivi sur le terrain de certaines autorités compétentes concernées, se traduisant par des contestations citoyennes pour dénoncer le travail mal fait et/ou le retard qui aurait été enregistré dans l’exécution des tâches, des travaux etc…,engendrant un retard estimé financièrement à sa juste valeur. Que d’encre a coulé à travers les journaux qui ont toujours dénoncé de tels états de fait bien ‘’rafistolés’’ de nos cités, de nos quartiers, de nos routes, de nos Communes. Les critiques vont bon train et les qualificatifs ne manquent pas pour décrire certaines anomalies. En attendant, la ruralisation se propage à travers certains quartiers, dont les infrastructures souffrent de l’absence de prise en charge citoyenne.

Benyahia Adda
Mardi 2 Février 2016 - 18:54
Lu 252 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+