REFLEXION

ENTRE NOUS : Le taxi est ‘’roi’’, pas le client !



Un client prend un Taxi, un Taxi prend un client ça a toujours été un problème pour les deux, du moins, à Mostaganem. C’est ce que l’on conclut objectivement, sans aucun parti pris quand on écoute attentivement les quelques rares anciens Taxieurs et  certains clients. Mais, attention ! Si le client est « Roi », le taxieur n’est pas, non plus un « esclave ». Il y a un véritable malaise au niveau de la corporation des Taxieurs et au niveau des usagers du taxi. Il y a des textes réglementaires  qui sont devenus obsolètes,  complètement dépassés par l’évolution socio-économique d’une part et, d’autre part, par une administration qui ne suit  pas ce genre de transport comme cela devait être. Pour l’exemple, Le 1er ministre norvégien se fait passer pour un chauffeur de taxi, en 2013, afin de mieux cerner l'opinion publique, voilà ce que ça donne : Le vrai travail pour régler les problèmes des citoyens c’est sur le terrain, d’abord et le bureau pour faire la synthèse. Les décideurs doivent comprendre la réalité dans ses moindres détails de manière réfléchie et honnête. Sinon, c’est dans la nature des gens de vouloir se donner toujours raison au détriment des autres et ça complique les problèmes davantage. Les syndicats remplissent t-ils leur mission conformément aux textes ? Est-ce que ces organes sont renouvelés (bureau, Assemblée générale…etc.) et dans les règles ? Les membres du syndicat sont-ils à la hauteur ? Est-ce que  la réglementation est adaptée ? Et la tutelle, participe-t-elle aux A.G, veille-t-elle à la bonne tenue des registres des réunions ? Fait-elle des contrôles « banalisés » en empruntant avec les passagers ? Etc.etc. Les questions des « commissions », de tenues, de couleurs des taxis, des notes administratives, des verbalisations, des mises en fourrière, des permanences, des diplômes, la lutte contre les taxis « clandestins » etc.ont montré leurs limites et leur inefficacité. Ces aspects ne sont que des symptômes d’un « secteur malade ».Il faut aller chercher les causes, ailleurs. Pour ce faire une réforme profonde  du « Transport » serait probablement inévitable et serait  basée sur des études sérieuses menées sur le terrain. Taxieurs et usagers seraient probablement accusés et victimes, conjointement, d’un système de transport malade, qui nécessiterait d’être « scanné » et mis à plat. Sinon, les mêmes causes continueraient à produire les mêmes effets en donnant une prolongation à la durée des problèmes.il faudrait, que les deux parties, Taxi-clients, trouvent chacun son compte. Quand au transport en fraude par les « clandestins », c’est une autre affaire qui pourrait se régler avec la résolution des problèmes des transporteurs officiels, que sont les Taxis.

Younes Zahachi
Vendredi 26 Février 2016 - 17:42
Lu 197 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+