REFLEXION

ENTRE NOUS : La ville des arts à la quête d’une culture

Finalement, la ville des arts et de la culture, qui a vu naitre et grandir tant d’hommes de culture de renommée internationale, dont les plus illustres.



Abdelkader Ould Abderrahmane dit Abderrahmane Kaki né le  18 Février  1934  à Tigditt ,dramaturge et  auteur d’une vingtaine de pièces de théâtre, ayant reçu  en 1987, la médaille d'or du festival arabo-africain de Tunis et la médaille d'or du théâtre de la recherche, décernée au Caire, en 1990, par l'Institut international du théâtre aux maîtres de cet art en Europe et dans le monde, Okacha Touati né le 1er Juin 1943 à Mostaganem , acteur, réalisateur et scénariste ,ayant à son actif la réalisation d’une dizaine de films dont  « Les sacrifiés » réalisé en 1982  qui obtient  le prix « Georges Sadoul » en 1982 et la mention spéciale du jury et prix du public aux journées cinématographiques d'Orléans en 1982 ( France) et également à celles de  la  « Mostra de Venise » en 1982 (Italie), Habib Tangour né le 29 Mars 1947 à Mostaganem , écrivain, poète et sociologue, auteur d’une quarantaine d’œuvres littéraires (poèmes  ,romans ,  théâtre, essais ) , et Mohamed Khadda , né  le 14 mars 1930 à Tijditt, peintre, sculpteur et graveur considéré comme l'un des  fondateurs  de la peinture algérienne contemporaine et l'un des principaux représentants des peintres du signe , se retrouve  aujourd’hui et malheureusement sans la moindre activité culturelle digne du nom, et cultive désormais toute médiocrité « culturelle »  malgré ses multiples lieux de culture . Son superbe palais de la culture (maison de culture Ould Abderrahmane Kaki), avec ses somptueuses bleues et rouges salles a été réduit à faire dans le bricolage et à combler son hall par des expositions qui ne touchent pas à la culture, et ses jolies salles par de l’animation politique lors des meetings électoraux ou l’organisation de journées d’étude sur tant de thèmes loin de toute évocation et autre vocation culturelle. Ses magnifiques salles de cinéma (Ciné Monde, Vox , Colisée, Alhambra, Lux ) qui ont bercé notre jeunesse avec des chefs d’œuvres du cinéma mondial sont fermées depuis des lustres , demeurent occupés par des rats , des chats et des pigeons en guise de spectateurs et tombent en ruine d’une promesse de réhabilitation à une autre et de tant d’études de rénovation ,remises toujours aux calendes grecques . Son fameux théâtre régional dont les travaux de réalisation ont été lancés voilà une dizaine d’années, a déjà englouti une dizaine de milliards de centimes sans lever de rideau pour finir avec « ces coups de théâtre » dont les actes semblent se succéder sans prendre de fin ! Tel parait être le triste sort de la culture à la capitale du quatrième art  qui a fini par se lasser d’attendre le renouveau culturel qu’elle mérite tant en hommage à Kaki et à Hamada, ces noms qui ne sauraient s’oublier, pour l’héritage culturel qu’il nous ont légué.

L.Ammar
Lundi 7 Décembre 2015 - 18:54
Lu 205 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+