REFLEXION

ENTRE NOUS : Bibliothèque abandonnée, lecture boudée …?

Alors que tout le monde est occupé par l’augmentation des prix et la crainte de la sécheresse, de peur de tomber dans une atrophie alimentaire, tout en faisant fi de la maxime qui dit : «Le pain nourrit le corps, et la lecture nourrit l'esprit.» Car elle souligne bien l'importance de la lecture.



Malheureusement, cette activité spirituelle est mise à mal chez nous aujourd'hui, notamment, chez les jeunes qui lisent de moins en moins, sinon plus du tout. Malheureusement, le livre, n’occupe plus sa place d'antan. il est de moins en moins l'ami intime de la jeune génération qui préfère largement les autres procédés d'apprentissage high-tech, plus rapides, plus faciles et qui requièrent certainement la mobilisation d'effort moindre tels la télévision et bien entendu, le moyen internet qui captive l'attention de tous, adultes et jeunes. Cependant, la télévision et encore moins Internet sont-ils à même de destituer le livre ?  Comme ailleurs, ici à Mostaganem, rares sont les lecteurs qui franchissent la porte de la bibliothèque située pourtant au bord de l’allée principale désertée par le jeune public dont les écoliers et les étudiants, cette bibliothèque, censée être un sanctuaire du savoir, est abandonnée à cause de son inutilité , d’autres habitants de cette localité, voient que le problème tourne autour de  l’état de cette bibliothèque qui  n’est guère à la hauteur des espoirs des lecteurs, car certains livres et annales nécessaires à la révision ne sont pas disponibles, ce qui fait fuir la majorité des lecteurs vers les librairies voisines pour trouver ce qu’ils cherchent. Une mise à jour selon eux est plus que nécessaire pour rénover les ouvrages et intéresser ces fans de la lecture. Il est aussi utile de signaler que le personnel pour prendre en charge cette noble mission du savoir et de l’illumination doit être trié sur le volet, mais la réalité qu’on ne peut pas nier, c’est que les Jeunes ou adultes ont définitivement perdu le goût de lire, ils affirment ne plus lire depuis longtemps. Certains par manque de temps, d'autres attestent n'être pas des adeptes de la lecture et quelques-uns certifient opter pour d'autres moyens bien plus captivants. D'où provient l'altération de la relation entre l'individu et le livre ? Cette question nous conduit, a priori vers le schéma éducatif suivi par la famille, première communauté sociale, ainsi que le système scolaire qui, semble-t-il, ne remplit plus convenablement sa tâche. Rétablir la connexion entre le jeune et la lecture est toujours possible, mais à condition que tous les acteurs concernés s'y mettent. Les parents devraient accorder plus d'intérêt à cette dimension cognitive et ce, en formant leurs enfants, dès leur tendre âge, à la lecture qui reste une banque de savoir au service de la mémoire, permettant, faut-il rappeler, l'épanouissement de l'enfant.

Gana Yacine
Samedi 2 Janvier 2016 - 16:55
Lu 191 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+