REFLEXION

ENTRE ABANDON ET JUGEMENT DE LA SOCIETE : 17 mères célibataires prises en charge par le centre des femmes battues

Le phénomène des mères célibataires est une réalité criarde, mais le jugement d’une société qui refuse d’admettre ce fait social finit par contribuer à l’aggravation de ce phénomène et condamne les enfants nés sous X. La majorité des mères célibataires rejettent leurs enfants de peur d’être bannies par leurs familles et par la société.



Les sociologues  affirment que  ce phénomène   a pris  de l’ampleur  ces  dernières  années,  pour  diverses  raisons, dont  la pauvreté qui est l’un des facteurs clé  qui a poussé  des jeunes  filles  à la prostitution.  Des statistiques ont prouvé que la moyenne d’âge  du mariage  dépasse  les 28 ans  pour les filles  et 33 ans  pour les garçons, une situation qui  pousse ces célibataires à avoir des relations  hors  mariage, vu qu’ ils  n’ont  aucune  perspective de pouvoir  fonder  un jour  un foyer à cause, de la  crise  du  logement d’une part  et le problème  du chômage de l’autre, ce qui  contribue à créer ce fléau social. La complexité de ce phénomène banni par la religion musulmane, dont les chiffres parlent d’eux mêmes est apparu depuis quelques années. A ce sujet, des  décisions ont été prises pour  la  prise en charge  de ce phénomène  dans tous ses aspects, puisque de nouvelles  réglementations  ont vu le jour et des  prérogatives supplémentaires  ont été  données aux organismes  compétents de  la direction  de l’action  sociale, dans le cadre  des placements  de ces mères  célibataires et de leurs  enfants dans des centres,  afin de leur  garantir un  avenir dans  la société. Toutefois, selon  les spécialistes, il est évident que le traitement  du phénomène par les pouvoirs publics ne touche pas en soi le fond  du problème, puisque  les solutions   trouvées   à ce jour ne sont  que  périphériques  et  tentent  uniquement de limiter  les dégâts au lieu  de les  éradiquer à la racine. A cet effet, selon toujours des spécialistes, il faut  sensibiliser les femmes  sur les risques  et les dangers encourus, et ainsi   promulguer des lois régissant correctement ce phénomène qui est lié à  l’abandon des nouveaux nés, dont  plusieurs bébés parmi ces nourrissons  sont  jetés, aussitôt  venus  au monde. Notons,  pour cela, qu’il  est  enregistré des découvertes  macabres  de corps  sans  vie de  nouveau nés sur les  routes,  devant les hôpitaux,  dans des cimetières,  ou carrément dans les décharges publiques,  un  spectacle  qui donne  l’illusion que  l’humanisme a perdu sa place  dans notre société. C’est  justement  sur ce point,  qu’ insistent plusieurs   associations  locales  et  nationales activant  dans  le domaine  de la protection  des enfants  abandonnés. Aussi,  en  l’absence  d’une bonne éducation  sexuelle dans la  famille  comme à l’école, l’accroissement  des rejets  familiaux, tels que  les divorces , les  répudiations et l’exclusion des femmes harcelées. Ajoutons à cela  le phénomène  des mères célibataires   et le nombre  des naissances recensées hors des  mariages inquiète de plus en plus, une partie de la société liée aux principes fondamentaux de l’Islam.

Tayeb Bey Aek
Samedi 8 Mars 2014 - 18:12
Lu 250 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+