REFLEXION

ENTERRE EN PRESENCE D'UNE AFFLUENCE IMPORTANTE A RELIZANE : Le M’kadem Benyettou de la zaouïa Alaouia n’est plus



La nouvelle a mis en émoi une bonne partie de la population de Relizane qui s’est précipitée vers le domicile mortuaire. Une modeste maison sise à la cité dite « 2ème gare », pour confirmer l’information qui s’est avérée vraie. Si-L’hadj Benaouda, un homme très sage, instruit et d’une bonne éducation, était un peu fatigué depuis quelques années. Or, cela ne l’empêchait guère d’assurer la tâche de M’kadem de la zaouïa Alaouia et de répondre à ses obligations théologiques entre autres cérémonies religieuses. Et Dieu sait qu’il a longuement assuré cette noble activité, depuis son investiture à ce poste, à l’issue du trépas de son prédécesseur l’ancien M’kadem de la zaouïa, en l’occurrence feu si-Tahar mort au début des années 70. Le M’kadem Benyettou a rejoint la confrérie Alaouia depuis son très jeune âge. Ainsi fut mouvementée sa vie durant laquelle il a eu l’honneur de former des dizaines de jeunes groupes de chorales islamiques ainsi que la création d’une « madarssa » pour la dispense des cours islamiques aux enfants notamment. L’Hadj Benaouda Benyettou eut aussi à forger un grand groupe de disciples à l'exemple de Hadj Benaouda Bouchenak, Hadj Aoued Belkhodja, Hadj Djilali Khedim, Hadj Rabah Mellal, Hadj H’mida Zeggai et bien d'autres.  « El-M’kadem » comme l’appelle tous les gens était libraire de profession, spécialisé particulièrement dans la vente d’ouvrages en arabe.  Défenseur sans relâche de la « Tariqa Alawiyya » dans un moment crucial, l’homme fut aussi connu pour son passé révolutionnaire, Hadj en tant qu’un moudjahid des premières heures et l’un des chefs de la guerre de libération dans la région du Ouarsenis et Relizane, où il avait à commander des cellules. de kamikazes. Il se distinguait par un courage indescriptible qui étonnait ses compagnons pendant notre glorieuse Révolution. Pourtant, il ne se ventait jamais de son passé révolution naire et n’eut aucune ambition pur se voir confié quelconque responsabilité. Son unique rôle que lui conférait sa stature de personne honnête, fut   la réconciliation et l’entente entre les moudjahidines quand les choses turnaient au vinaigre. C’est dire son charisme et son honorabilité.  Il a été enterré hier, mercredi, en présence de l’ensemble des autorités de la wilaya de Relizane civiles et militaires, à leur tête le wali, des Moudjahidine entre autre impressionnant monde entre amis et connaissances dont beaucoup sont venus de plusieurs wilayas comme le Cheikh de la zaouïa Alawiyya de Mostaganem dont dépend celle de Relizane. La dépouille mortelle a été escortée à partir de son domicile jusqu’au cimetière de Sidi Abdelkader, après une pause d’Adieu à la zaouïa Alaouia. Que Dieu l’agrée dans son vaste paradis.

Abed Zeggai
Mercredi 22 Août 2012 - 20:27
Lu 625 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+