REFLEXION

ENQUETES SUR LA CORRUPTION : Les magistrats avancent avec précaution



ENQUETES SUR LA CORRUPTION : Les magistrats avancent avec précaution
Comment faire la différence entre la corruption et les erreurs de gestion dans les entreprises publiques ? Depuis l’éclatement des affaires de corruption, les managers redoutent l’amalgame entre ces deux cas souvent difficiles à séparer. « Pour beaucoup de juges, une administration et une entreprise publique, c’est la même chose. Ils disent : c’est l’argent de l’Etat. Pour eux, c’est la seule chose qui compte », explique un manager d’une entreprise publique. Pour réduire les risques d’erreurs, les magistrats en charge des dossiers de corruption suivent depuis quelques mois une formation à Paris. Des formateurs américains séjournent également régulièrement à Alger pour former les magistrats algériens à gérer les affaires de corruption. Et les instructions des autorités sont claires : les erreurs de gestion ne doivent pas être sanctionnées. Cette instruction a été donnée pour éviter de paralyser l’économie nationale. L’éclatement des affaires de corruption a en effet conduit de nombreux managers publics à se montrer prudents, évitant de prendre des décisions managériales. Autre contrainte à gérer par les magistrats : la compréhension des dossiers et la gestion des annonces concernant la corruption. Souvent, les affaires traitées sont complexes, comme par exemple les contrats internationaux signés par Sonatrach. Le fait que des groupes étrangers, souvent cotés en Bourse, sont susceptibles d’être impliqués, rend les choses encore plus complexes. Une annonce erronée pourrait en effet provoquer des variations importantes sur le cours et ternir l’image de l’entreprise concernée. Enfin, dans le cadre de leurs investigations sur la corruption, les juges algériens pourraient être amenés prochainement à lancer des mandats d’arrêts internationaux et des enquêtes à l’étranger. Là encore, les magistrats algériens devront présenter des dossiers bien ficelés qui répondent à des critères bien précis pour pouvoir compter sur la coopération des autres pays.

Raffik
Jeudi 29 Avril 2010 - 10:19
Lu 587 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+