REFLEXION

EN RAISON DE LA FAILLITE DE L’ORGANISATION TERRORISTE : Des membres d’AQMI cherchent à renoncer au terrorisme

Des défections récentes indiquent qu'al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) se fragilise en raison de la désintégration de sa structure interne au cours de ces derniers mois. Abdul Hamid al-Ansari, spécialiste du terrorisme, explique à Magharebia que la décomposition d'AQMI diffère de celle des autres organisations.



Dans la mesure où AQMI a mis très longtemps à prendre sa forme actuelle, le processus de sa désintégration sera similaire", ajoute-t-il. "Cela dans le cas où les choses poursuivront leur cours naturel, c'est-à-dire sans que le groupe ne subisse une attaque de grande envergure contre son noyau. Les membres de cette organisation devraient devenir, dans les années et les mois à venir, des gens normaux, chassés loin dans le désert". Abdelkader Rouim, ancien émir du Groupe islamique armé (GIA), a confié le 16 décembre au quotidien El Khabar, qu'une "centaine d'hommes armés au Mali et dans d'autres régions sont prêts à rendre les armes et à retourner dans leurs patries s'ils devaient bénéficier d'une amnistie sans être poursuivis, ou s'ils obtenaient des garanties sérieuses en ce sens". Rouim a été le bras droit de Mokhtar Belmokhtar, alias Laaouar, avant de profiter lui-même des dispositions algériennes contenues dans la Charte pour la paix et la réconciliation nationale. "L'acquittement récent par le tribunal algérien d'Ourgla de six membres qui s'étaient repentis après avoir mené des activités dans la passé au sein de la brigade Moulathamin dirigée par le terroriste Laaouar a encouragé de nombreux insurgés présents dans le nord du Mali à envisager l'option du renoncement à la violence afin de bénéficier des dispositions de la réconciliation nationale", a ajouté Rouim. Il a par ailleurs expliqué que des dizaines d'hommes armés dans le nord du Mali, au Niger et "dans d'autres zones situées dans les profondeurs du Sahara, dont certains leaders de la brigade Moulathamin, ont le courage nécessaire pour renoncer aux armes de façon permanente, ainsi que pour se repentir, mais ils ont peur des sanctions". 

Riad
Mardi 8 Janvier 2013 - 00:00
Lu 259 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+