REFLEXION

EN RAISON DE LA CHERTE DES ENGRAIS : Les viticulteurs brandissent la menace d'une cessation d'activité

Ils sont nombreux les exploitants terriens spécialisées dans la culture de la vigne à travers la wilaya de Mostaganem à menacer de cesser leur métier de vigneron pour se verser dans d’autres activités agricoles moins onéreuses.



« Le travail du vignoble nous revient excessivement cher et cela dépasse de loin nos moyens financiers » dira un exploitant, un vieux vigneron qui connait cette activité sur le bout des doigts. Les vignerons se plaignent sur tout du fort prix des engrais à l’image de celui des herbicides, celui du sulfate de cuivre qui coute, précisera ce vieux vigneron 10 millions de centimes le quintal et 2 millions de centimes celui du soufre. De ce fait une grande majorité des exploitants se sont trouvés, affirment-ils, dans l’impossibilité de poursuivre l’exercice de cette activité agricole au niveau de la région .avant de nous ajouter ce vieux exploitant, mon vignoble meurt à petit feu, car je ne peux répondre à tous les besoins en matière de traitement à savoir surtout le sulfatage et le soufrage » ,soulignera ce dernier en colère. « En effet, la production a considérablement régressé et nos dettes ne cessent de grossir », précisera notre interlocuteur qui affirme n’avoir bénéficié d’aucun soutien de la part de l’Etat. Par ailleurs et selon ce dernier, même la main-d’œuvre est devenue une denrée rare et précieuse et coute très chère puisqu’un travailleur n’est pas prêt de se fatiguer pour moins de 2000 DA a raison de 5 heures par jour seulement. Quant au vignoble, il ne cesse de vieillir et son rajeunissement est d’une nécessité absolue. Entre la région de Benabdelmalek Ramdane, jusqu'à Sidi-Ali plusieurs hectares sont cultivés en vigne et se voient menacés de disparition pour les raisons évoquées. La politique de la mise en place de la sécurité alimentaire passe également par une meilleure prise en charge du vignoble à travers la wilaya de Mostaganem. C’est ce que mettent en exergue ces vignerons qui tiennent malgré tout à leur métier et qu’ils veulent épanouir si toutes les facilités leurs sont offertes.

Tayeb Bey Aek
Mardi 26 Novembre 2013 - 16:56
Lu 99 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+