REFLEXION

EN MARGE DE LA VISITE DE TRAVAIL : Le wali inaugure une mosquée à Sirat



EN MARGE DE LA VISITE DE TRAVAIL : Le wali inaugure une mosquée à Sirat
C’est hier, qu’a enfin été inaugurée en grandes pompes par la wali de Mostaganem, M. Hocine Ouadah, la mosquée du quartier Hararta de Sirat. D’une capacité de 850 places et terminée depuis près de deux mois, la mosquée Othmane Ibn Affane, n’attendait que ce moment solennel pour accueillir les fidèles aussi bien pour les prières quotidiennes, les prières des aïds que pour les taraouih et autres prières surérogatoires. Située dans le quartier des Hararta, ces descendants d’Idriss I, le bâtisseur des la première mosquée d’Algérie, ces Hararta se réjouissent d’avoir réussi le pari de faire d’un terrain vague, un complexe islamique digne des grandes métropoles algériennes. En plus d’avoir collecté le coût du projet qui dépasse de loin 12 millions de dinars, les cousins Harrat Hadj Hammou et Hadj, et leur gendre Baghdadi Bendaha Si Abdellah, tous voisins de la maison d’Allah, se sont fixés pour objectif de doter la mosquée d’une école coranique et de fiqh, de deux logements de fonction pour l’imam et le muezzin, et d’aménager la cour du complexe. Le tout reviendra respectivement cinq, six et quatre millions de dinars. Sur le total, l’apport de l’assemblée populaire de Sirat et la direction des affaires religieuses était respectivement de 250 000 et 700 000 dinars. A rappeler que depuis samedi, la veille de l’inauguration de cette mosquée attendue avec impatience, imams et tolbas, n’ont cessé d’affluer de toutes les contrées du pays, pour apporter leurs voix à la psalmodie du saint Coran et prêcher la parole d’Allah. La fête s’est prolongée jusqu’après le départ de M. le wali et des autorités locales et durera surement au-delà grâce au concours de la population de cette paisible localité où le turban toutia, le fusil et le cheval valent encore leur pesant d’or. Le couscous bien beurré a coulé et coulera à flots tant que les quatre tentes érigées et tapissées pour l’occasion n’auront pas été pliées. Toujours, à l’écoute de ses administrés, la bonne oreille de l’infatigable M. Ouadah Hocine, n’a pas manqué, quoique le moment ne s’y prêtait point ni l’endroit d’ailleurs, d’écouter les doléances des jeunes de la localité qui, comme tous leurs semblables à travers l’Algérie ont pris conscience que les mentalités ont évolué et que le fossé entre l’administration et les administrés n’est qu’un piètre souvenir. Désormais, dans la wilaya de Mostaganem, on écoute, on réécoute et on règle des problèmes même sur les parvis des maisons de Dieu.

B.Benatia
Mardi 10 Mai 2011 - 11:40
Lu 1337 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+