REFLEXION

EN DEPIT DE L’INTERDICTION DE L’EXTRACTION DU SABLE : Le massacre continue à Ain Ferranine

Le massacre de la plage d’Ain Feranine dans la commune de Gdyel continue, au su et au vu de tout le monde. Les pilleurs de sable poursuivent «leur œuvre » de destruction en toute tranquillité. Une œuvre qu’ils ont entamée il y a plusieurs années déjà.



Pourtant, l’extraction du sable a été interdite. Résultat des courses: Cette magnifique côte balnéaire se trouve, aujourd’hui, complètement défigurée. Elle offre un visage et un décor tout simplement offensant. Au delà de l’aspect environnemental. Cette plage qui ouvre un décor splendide avec la montagne et la mer est très fréquentée par les touristes à l’échelle nationale. Malheureusement elle est agressée au quotidien par les pilleurs, la mafia du sable. En outre, même les ouvrages de l’ADE, tels que les conduites d’eau et les poteaux électriques de la Sonelgaz ne sont pas épargnés. Les uns et les autres risquent tout simplement d’être « mis hors service », d’un jour à l’autre du fait que ces pilleurs qui «poursuivent » le sable jusqu’à ses derniers retranchements et aux derniers recoins, s’en prennent à ces ouvrages en creusant, sans loi ni foi, tout autour d’eux. Demain, si toute une région reste sans eau, ou sans électricité, il ne faudrait pas crier au scandale. La raison nous dicte d’agir et pas de réagir. A vrai dire, la catastrophe est réelle et guette des villages entiers de la daïra de Gdyel et de Bir El Djir, Canastel notamment. Comme si cela ne suffisait pas, voilà que l’incivisme des gens vient s’en mêler pour salir encore davantage cette côte balnéaire, qui constituait jadis un lieu d’évasion pour pas mal d’habitants de la région et d’ailleurs. En effet, des villageois ont fait de cette plage un dépotoir et une décharge. Il devient, ainsi, le réceptacle des détritus de tous bords. Les eaux usées de plusieurs villages sont également déversées dans cette plage qui reçoit ainsi coup sur coup. Plusieurs cris de détresse ont été pourtant lancés afin de sauver ce qui reste encore de cette côte, mais en vain. Comme dit l’adage, il n’est jamais trop tard pour bien faire, les autorités doivent se mettre à l’œuvre pour mettre fin au massacre qui prend de l’ampleur au niveau de cette magnifique et splendide côte balnéaire qui est très riche en Chlore et en flore. 

Medjadji.H
Mercredi 12 Décembre 2012 - 00:00
Lu 185 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+