REFLEXION

EN CE XXIEME SIECLE, LA MORALITE DES DIRIGEANTS : Condition sine qua non, de la mobilisation des citoyens et de sortie de crise de l’Algérie

En ces moments de grande crise morale, en retenant qu’en droit existe la présomption d’innocence, la morale aux yeux des citoyens est devenue fondamentale dépassant le simple cadre juridique, surtout dans une économie mondiale super médiatisée grâce aux réseaux sociaux. Comment ne pas rappeler le cas d’un pays nordique où un ministre a démissionné pour avoir payé un ticket de métro sur le budget de l’Etat, des démissions de nombreux responsables politiques pour des cas qui sont chez nous devenus banals, et des difficultés récentes du candidat à la présidence française François Fillion, qui a bâti toute sa candidature sur la droiture et la moralité et qui risque de bouleverser toute la carte présidentielle française .



La crise morale touche tous les partis   traditionnels avec le vieillissement de l’élite politique, rejeté par les populations en majorité les jeunes ,  comme en témoignent  l’arrivée aux Etats Unis du président Trump, de la percée improbable il  ya quelques années du candidat français Macron, la percée de l’extrême droite   et avec le Brixit anglais l’actuelle  construction européenne qui s’est fondée sur l’Economique  oubliant le social et le culturel. Pouvoir et opposition  en Algérie  devraient méditer ces expériences dans le monde pour fonder leur action sur la morale,  s’ils  veulent  être crédibles, mobiliser les citoyens au moment où  face à la détérioration de leur pouvoir d’achat, on leur demande   des sacrifices. La lutte contre l’immoralité n’est pas une question de lois ou de commissions, vision bureaucratique du passé mais de s’attaquer au fonctionnement tant de la société mondiale que de la société algérienne, objet de cette présente contribution
 1.-Un des plus grands sociologues, Ibn Khadoum (1332- 1406) dans la Muquaddima (traduite en Prolégomènes et qui est en fait son Introduction à l'histoire universelle et à la sociologie moderne) montrait clairement que le cycle de déclin des civilisations au Maghreb commençait lorsque l’immoralité gangrenait toute la société du sommet à la base. La crise que connait actuellement les relations internationales dans le monde dans sa globalité et diversité caractérisée par le divorce Etat-citoyens est me semble t-il avant tout une crise morale. Tout processus de développement, étant l’œuvre d’acteurs politiques, sociaux et économiques, il ne peut aboutir que s’il se fonde sur la transparence, la cohérence et visibilité des décisions reposant sur des institutions crédibles et sur la moralité de ceux qui sont chargés de sa mise en œuvre. Mais cela ne concerne pas seulement l’Algérie.  Le fondement de la crise mondiale actuelle s’explique par le fait qu’il y a suprématie de la sphère financière spéculative sur la sphère réelle, la dominance des profits spéculatifs sur le travail. Or, comme nous l’ont enseigné les fondateurs de la science économique, disons l’économie politique, le travail mu par l’entreprise est le fondement de la richesse des Nations. L’économie mondiale traverse une très grave crise qui aura des répercussions sur l’ensemble des pays sans exceptions car nous sommes à l’ère de la mondialisation du fait de l’interdépendance des économies et des sociétés étant dans une maison de verre avec la révolution dans le domaine des télécommunications. Aucun pays ne peut y échapper si l’on ne met pas en place de nouveaux mécanismes de régulation supranationaux afin de réhabiliter la sphère réelle, la monnaie étant un signe au service de l’économie et non la dominer. Et ce bien entendu, dans le cadre d’une économie mondiale concurrentielle tenant compte des avantages comparatifs mondiaux et devant lier l’efficacité économique avec une profonde justice sociale, les économistes parleront d’équité. C’est que nous sommes à l’aube d’une nouvelle transition de la société mondiale avec de profonds bouleversements géostratégiques ce qui supposera des ajustements sociaux douloureux et donc une nouvelle régulation sociale afin d‘éviter les exclusions.      
Le chacun pour soi serait suicidaire et nous ramènerai aux conséquences néfastes des effets de la crise de 1929, avec des conflits désastreux. Pour cela, les politiques et les économistes doivent réhabiliter un facteur stratégique du développement, la morale. Car existe des liens inextricables entre un développement durable et la morale, en fait la récompense de l’effort et une lutte contre la corruption sous ses différentes formes. Il s ‘agira de méditer sans être utopique les expériences de la finance islamique qui  selon le droit musulman est basée sur deux principes : l'interdiction de l’intérêt, (ribâ), et la spéculation (gharar) la rentabilité financière d’un investissement avec les résultats du projet concret associé.
La moudaraba permet à un promoteur de mener un projet grâce à des fonds avancés par des apporteurs de capitaux dont la clé de répartition des gains et des pertes est fixée dans le contrat. Les apporteurs de capitaux supportent entièrement les pertes, les promoteurs ne perdant que le fruit de leur travail. Selon les données d’institutions internationales  dont  Goldman Sachs, Dresden Bank, ABN Amro, Barclays, Société Générale ou Deutsche Bank, pour 2014,  les institutions financières islamiques sont dominées par les banques (74 %), les émetteurs de« Sukuk », l’équivalent islamique des obligations (10 %), les fonds d’investissement (5 %) et les compagnies d’assurance, « Takaful » (1 %). Les pays leaders du secteur concentrent 78 % du CA dans le monde. Le poids de la finance  islamique dans ces pays varie fortement. Si en Iran, au Pakistan et au Soudan, seule la finance islamique est autorisée, dans d’autres pays ce secteur représente respectivement les parts de marché suivantes : Arabie Saoudite : 53 %-Qatar : 24 %-Malaisie : 20 %-Les Emirats : 17 %-Indonésie : 4,6 %-Turquie : 5% (1).              
2.-Pour l’Algérie, il s’agit si l’on veut mobiliser la population face à des ajustements économiques et sociaux inévitables entre 2017/2020, devant éviter l'illusion de la rente éternelle, de mettre aux responsabilités politiques, des personnes crédibles avec une attitude morale irréprochable, sinon aucun modèle de croissance ne peut aboutir. Comment un ministre peut-il inciter l’investissement local lorsque lui-même n’a pas confiance au pays et fait fuir ses capitaux ? L'image désolante que l’Algérie avec tous ces noms de ministres ou proches en retraite ou encore en fonction mis en index par la presse internationale, a pour conséquence une véritable crise de confiance entre l’Etat et le citoyen. La lutte contre le fléau de corruption, fuite de capitaux, passe forcément par le renouveau du système d’information au temps réel (voir les bourses mondiales avec toutes les fluctuations à la seconde près),un véritable management stratégique lié à un véritable Etat de droit (une justice véritablement indépendante), une nouvelle gouvernance, qui conditionnent une nouvelle politique socio-économique. Le problème qui se pose pour l’Algérie est donc beaucoup plus profond et interpelle toute la politique socio-économique de l’Algérie et son adaptation au  nouveau  monde. En fait, il est question d'une profonde moralisation de la société. Lorsque nous voyons aux enterrements, devant un cercueil, des personnes pleurent (je ne parle pas des proches), se croyant qu’ils étaient éternels, pleurent sur leur propre sort où devant la mort l’on devient philosophe. Ont- ils eu ces personnes qui pleurent un comportement moral durant leur vie ? La leçon de l’éloge de tous les  partis,  personnalités et simples citoyens  de différents horizons du  récent décès de mon ami depuis 1980 de  l’ex ministre  du commerce Belaid Bakhti est  surtout du à sa moralité. La vie est si courte comparée au cycle des civilisations, n’est-elle pas un rêve et ne sommes-nous pas d’éternels passagers ? Combien d’entre nous se remémorent parents, amis, qu’ils ont connus et qui ont disparus dans un passé pas si lointain ? Mais l’on oublie facilement que les femmes et hommes ont existé sur notre Terre, ont été des acteurs comme en témoignent tous les films que l’on voie sur les pharaons, la tribu des incas, sur la Chine, l’Inde, sur Rome, sur les Indiens à travers les films de western et les différentes guerres. Entraîné dans le tourbillon du quotidien et de notre survie, et c’est ça peut être la vie, ne devant pas être utopique, l’être humain est mu par l’instinct de domination (Wille zur Macht ) comme l’a montré le grand philosophe allemand Friedrich Wilhelm Nietzsche dans "Naissance de la Tragédie" ((Die Geburt der Tragödie -1871-) "Vérité et mensonge au sens extra moral" (1873-(Über Wahrheit und Lüge im außermoralischen Sinn) et "Ainsi parla Zarathoustra»,(1883- (Also sprach Zarathustra. Ein Buch für Alle und Keinen). Encore ces idées ne fassent pas l’unanimité devant se méfier de tout nihilisme, ont été ailleurs déformées malheureusement dans "Mein Kampf" d’Hitler, le pouvoir aveuglant souvent posant la problématique de la démocratisation par des contre-pouvoirs productifs. C’est que certains êtres humains  veulent dominer le monde à travers leur propre personne. Mais il suffit simplement, par exemple, qu’un très petit grain de sable leur tombe dans l’œil pour qu’ils ne deviennent plus rien à travers leurs cris de douleur.
3. Dans la Phénoménologie du Droit, le grand philosophe allemand Georg Wilhelm Friedrich Hegel (1770-1831) faisait allusion aux trois strates fondamentales : la Famille, la Corporation, l’Universel et l’Etat (les règles, les fonctions régaliennes, l’allocation des ressources collectives). Il avait peut être volontairement ou involontairement, oublié de mentionner la Matrice de la Vie (la Mère). Car, la matrice de base, la mère des matrices, le Noyau Central, El Oum Ed Dounia, la racine de l’arborescence, la racine de l’arbre de la Vie, c’est notre Mère, notre Père  qui  souvent sont  notre référence  à  la morale. Le grand philosophe français Blaise Pascal dans "ses Pensées" (1623-1662) décrivait le monde infiniment petit, la Terre où les océans qui représentent les trois quarts de notre planète, le taux s’accroissant avec le réchauffement climatique  et du monde infiniment grand, la Lune la plus proche de notre planète mais les milliers d’étoiles dont certaines sont des planètes. L’être humain malgré le progrès de la science connaît peu de choses de ces deux mondes. Sur la planète Terre, aujourd’hui c’est la domination de l’Occident.  Mais auparavant nous avons connu les civilisations incas, chinoise, indou, islamique. Peut-être demain ce sera celle de l’Orient à travers le réveil de l’Asie et certains prédisent l’Afrique horizon 2040. Je considère que la crise actuelle que traversent tous les pays sans exception, avec des intensités différentes, est due à la gouvernance. En ce début du XXIème siècle ce n’est donc pas seulement une crise économique mais également et surtout une profonde crise morale devant fonder notre appréciation sur une profonde rénovation de la perception du monde réhabilitant les vertus du travail et de l’intelligence. Le monde a besoin d’une culture de la tolérance entre l’Orient et l’Occident comme nous l’enseignent tant les philosophes croyants de toutes les religions, judaïsme, christianisme, Islam et non croyants et  les fondateurs de l’Economie qui ont eu pour formation de base la philosophie. Cela passe par une profonde moralisation de la vie politique, économique, sociale et culturelle. Les discours chauvinistes, soi-disant nationalistes de complots de l’extérieur ne portent plus au sein d’une population à majorité jeune parabolée ouverte sur le monde. Et il semble bien que les bouleversements actuels dans le monde sont bien le fait de l’immoralité qui conduit aux   autoritarismes  devenus, dans un monde complexe, de très graves menaces à la souveraineté et à l’indépendance des Etats et  à la sécurité mondiale. Dès lors, il y a lieu impérativement de repenser le fonctionnement du système économique et politique international,  où nous assistons à des trafics illégaux de part et  d’autres de la planète à travers des  réseaux complexes, impliquant les Etats, les entreprises, et les citoyens,  car s’il ya des corrompus,  il y a  des corrupteurs.  
4.-En résumé, les économistes et les politiques durant cette transition inévitable de la société mondiale doivent repenser les liens entre l’éthique et le développement. Il existe un lien dialectique entre le trafic en tous genres et le terrorisme qui est  une menace planétaire  et  se nourrit de la misère et le manque de morale de certains  dirigeants.  Pour l’Algérie, face  à l’inévitable rigueur budgétaire qui s ‘annonce entre 2017/2020, s’impose une moralité sans faille de ceux qui dirigent  la Cité. A ce titre nous devons revenir aux valeurs de base qui conditionnera notre comportement futur, d’où l’importance de l’Ecole et du savoir poumon  de l’épanouissement de toute civilisation. Je recommande à Mme la Ministre  de l’éducation nationale d’introduire un cours de morale au moins d’une heure par semaine. N’existant pas de société statique, en ce monde turbulent et en perpétuel mouvement où toute Nation qui n’avance pas recule forcément, devant  apprendre à nous respecter et à nous écouter, je souhaite à notre cher et beau pays qui a d’importances potentialités pour surmonter ses difficultés, pour peu que la morale l’emporte sur les appétits rentiers, un avenir meilleur au profit de l’Algérie.  
(1)-Rencontre internationale  organisée par l’Union européenne « sur la transition démocratique dans les pays arabes » -Malte les 24/26 décembre 2011 –conférence lors de cette rencontre  du Pr Abderrahmane Mebtoul  sur ce sujet-  Le  Professeur des Universités expert international est l’invité de la radio Maghreb Emergent le 08 février 2017  de 9h30-11h où il débattra en face de journalistes  « Situation socio-économique et des perspectives  de l’économie algérienne  ainsi que des incidences économiques  de  la future élection législative  fixée au 04 mai 2017 et du  9 au 17 mars 2017 »  et    à Paris,   à l’invitation du Forum Mondial du Développement Durable, étant membre du conseil scientifique, qui tient sa 15èmesession le 13 mars 2017,  où il donnera une conférence, en présence  de plusieurs personnalités internationales  sur le thème « L’Algérie face à la quatrième révolution économique et à la transition énergétique »



 

Dr Abderrahmane MEBTOUL
Dimanche 5 Février 2017 - 19:17
Lu 684 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 17-10-2017.pdf
8.41 Mo - 16/10/2017





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+