REFLEXION

EN ATTENDANT UNE SOLUTION DEFINITIVE : La panne des mécanismes des salaires ouvre la voie aux spéculations !

Bien que le droit à la grève est garanti par la constitution du pays. Certains débrayages enregistrés depuis le début de cette année ne semblaient pas pour les observateurs politiques, des grèves revendicatrices d’amélioration de salaire plus, que d’une manipulation politique.



EN ATTENDANT UNE SOLUTION DEFINITIVE : La panne des mécanismes des salaires ouvre la voie aux spéculations !
A Alger, ces observateurs constatent que les secteurs touchés par les grèves, sont toujours ceux qui sont en relation directe avec la population, c'est-à-dire selon ces observateurs, tapez là où vous aurez un autre écho du peuple : L’enseignement dont les premiers pénalisés ce n’est pas le ministère de M. Ben Bouzid, mais les élèves. Le secteur de la santé se sont les pauvres malades qui sont touchés. Le Chemin de fer, c’est le pauvre citoyen, manque de moyens pour voyager en avion. La municipalité c’est d’abandonner les déchets et les poubelles devant les immeubles des citoyens. C'est-à-dire on frappe là où le citoyen serait touché, pour qu’il réclame à son tour. Une opération de déstabilisation du pays, comme avant octobre 1988, où il y a eu la grève des postiers la pénurie de cigarette, la grève de la plus grande boite d’Algérie après Sonatrach, Sonacom Rouiba etc. Ces mêmes observateurs reconnaissent que le pouvoir d’achat de la majorité des algériens est une sorte de guillotine qui favorise la progression de la pauvreté. Mais la façon de faire circuler le S.O.S doit se faire dans la dynamique, la démocratie et la transparence disaient ils. En ajoutant que en ce qui concerne les salaires, M. Sidi Saïd qui est le secrétaire général de l’UGTA, le plus grand syndicat des travailleurs Algériens, s’est laissé faire lors de la tripartite, pendant que la secrétaire du parti des travailleurs Mme luisa Hanoune déclarait à la presse que le SMIG devrait atteindre plus de 20 000 da . M. Sidi Saïd se trouvait en réunion avec la tripartie, et comme toujours le SMIG a été fixé à 15 000 da sans aucune réaction de sa part. Avec le taux dérisoire de l’augmentation du SMIG actuel, toutes les portes seront ouvertes à la protestation. Ce qui fera de M. Sidi Saïd ‘’un Geol qui encaisse des buts à répétition sans réclamation à l’arbitre’’ Seulement les matchs ne sont tous propres. L’Algérie est un pays qui ne doit pas connaître de tels événements de débrayages anarchiques si les gouvernements depuis 1980, avaient pris au sérieux la problématique et les mécanismes des salaires dans la règle de l’art. Arrivé aujourd’hui à un point de non retour, les salaires bas et le taux du dinar demeure dans sa position inférieur malgré les entrées de milliards de dollars et l’effacement de la dette extérieure , devant une augmentation sans cesse de la vie de la majorité des algériens. Alors d’un autre sens les salaires ne sont jamais équilibrés avec le pouvoir d’achat.. Travailleurs et retraités dans le même drame social. Alors du côté militaire bien sûr les salaires et retraites sont bien équilibrés. Donc nous tombons dans le coup des deux poids deux mesures.Les mécanismes des traitements de salaire et retraites militaires sans syndicat répondent favorablement aux mécanismes du pouvoir d’achat. Donc la faille est dans le camp du gouvernement qui ne peut continuer à échapper à une régularisation dans la racine, et couper court à toutes les spéculations et tentatives de récupération des travailleurs résiduels. Surtout à l’approche du Mois sacré du Ramadhan où certains pseudos commerçants sans scrupules ni notion religieuse attendaient ce mois pour saigner le pauvre algérien. .

A. Ben Brik
Mardi 18 Mai 2010 - 10:24
Lu 455 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+