REFLEXION

ELLES ONT TOUCHE LES PRIX, LES VOLS, LES AGRESSIONS… : Ramadan, le mois de toutes les augmentations



ELLES ONT TOUCHE LES PRIX, LES VOLS, LES AGRESSIONS… : Ramadan, le mois de toutes les augmentations
Tout a augmenté durant ce mois de ramadan qui nous quitte, avec regret pour les uns et soulagement pour d’autres. Il est parti… Hélas ! Ou enfin ! C’est le mois propice à toutes les augmentations négatives pour les habitants qui se transforment en consommateurs d’une voracité inouïe. Et où de paisibles commerçants muent en insatiables prédateurs. C’est le mois où l’on a subit des augmentations tous azimuts qui n’ont épargné aucun. Des mots auxquels personne n’y croit plus, pas même ceux qui les disent. Des augmentations qu’on essaie de disculper avec des mots usés jusqu’à la corde. Les augmentations inexpliquées et inexplicables ont commencé par toucher les produits alimentaires de première nécessité, plusieurs jours avant le début de ramadan, pour se poursuivre sans répit en s’étalant sur les vêtements et les ingrédients entrant dans la composition des gâteaux de l’Aïd el Fitr. C’est-à-dire ceux consommés par les familles au revenu limité qui constituent l’écrasante majorité de la population. Or, c’est aux pauvres qu’on devait penser au cours de ce mois, et s’employer à en améliorer l’ordinaire pendant une trentaine de jours sur toute l’année.Les pauvres ? On y a effectivement pensé, mais pour leur rendre la vie encore plus difficile durant ce mois en mettant hors de leur portée les produits de base. Exactement le contraire de ce qui est recommandé par le Coran. Et le cycle infernal des augmentations s’est poursuivi sans relâche. Cela avait commencé, rappelons-le, par la vaste opération de la saignée systématique lancée à l’approche du mois sacré, et qui s’est rapidement étendue à la fraude, au banditisme… Les actes sont plus spectaculaires, l’augmentation de la consommation, l’augmentation de l’absentéisme, des retards au travail, l’augmentation des vols, des agressions, du trafic, le jeu de hasard, la hausse de la violence, la hausse de la mendicité. On se demande si les mendiants sont des personnes vraiment désespérés ou cherchent-elles l’argent facile. Car où étaient-ils et que mangeaient-ils les 11 autres mois de l’année. Il y a le renforcement de la médiocrité dans les programmes diffusés à la radio, à la télévision et des spectacles bouche-trous organisés ça et là visant à agrémenter les longues veillées de ramadan, mais ont souvent produit l’effet contraire. Mais l’antenne parabolique était là. Même la température s’est mise de la partie et le soleil lui-même s’est fait plus incisif augmentant la soif chez les jeûneurs. Mais c’est surtout la violence qui a connu une hausse grondante, pas seulement en nombre de méfaits signalés, mais aussi, et surtout degré de la témérité et dans l’horreur des vols et crimes commis durant ce mois. Finalement, tout a augmenté, sauf la foi qui semble connaître une baisse vertigineuse depuis quelque temps. Et les croyants, les vrais. La soif de s’enrichir facilement et vite a obnubilé les esprits au point ou il n’a laissé aucune place dans le cœur pour l’adoration du Tout Puissant.

A.Salim
Lundi 6 Septembre 2010 - 13:50
Lu 487 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+