REFLEXION

ELLE REPRESENTE UNE VALEUR DE PLUS D’UN MILLIARD DE CENTIMES : Importante saisie de faux euros

Une saisie importante de fausses coupures d’euros représentant la valeur d’un milliard de centimes a été opérée avant-hier, à Oran, a-t- on apprit de sources policières. Cette prise record a été réalisée par les éléments de la sûreté de wilaya dans un lieu de débauche situé au centre-ville, ont indiqué les mêmes sources. L’endroit considéré comme lieu de rencontre pour des émigrés subsaharien, sous surveillance depuis quelques jours par la police.



ELLE REPRESENTE UNE VALEUR DE PLUS D’UN MILLIARD DE CENTIMES : Importante saisie de faux euros
Notre source nous précise qu’à ce stade de l’enquête, aucune information sur l’origine de ces fonds contrefaits n’a été encore établie. En effet, les investigations se poursuivent et nous permettrons de connaitre si cette « monnaie de singe » a été confectionnée à Oran ou si les faux billets ont été fabriqués dans un pays africain subsaharien pour être ensuite acheminés vers la capitale de l’ouest. Les investigations se poursuivent pour démanteler radicalement ce réseau de faussaires qui au vu de l’importance de la saisie ne serait pas à son coup d’essai. Oran est devenue par excellence la plaque tournante de la fausse monnaie qui vient d’instaurer un climat de psychose et de suspicion au sein de la population. Sa proximité de la frontière avec le Maroc et l’importance des échanges commerciaux avec les pays du sud de l’Europe (Espagne, Italie et la Turquie), ont poussé des réseaux par mitose (reproduction d’une cellule dans l’organisme des trafiquants, l’investir et écouler leur production et surtout s’y installer. Un bilan de la gendarmerie d’Oran rappelle qu’en 2009, 34 réseaux de faussaires ont été démantelés dans la capitale de l’Ouest du pays. Ces mêmes services ont appréhendé au cours de la même année 47 personnes impliquées dans ce trafic. Au cours de l’année dernière, le bilan d’activité de la police judicaire du groupement régional de la gendarmerie fait ressortir que 31 tentatives de mise en circulation de fausses monnaies ont été déjouées et 87 personnes appréhendées dont 59 ont fait l’objet de mandat de dépôt. La conséquence en est aujourd’hui, découlant nécessairement de la criminalité transfrontalière. Si l’on examine le cas de la criminalité transfrontalière, on constate qu’elle répond à la logique du profit maximal. Pour un risque légal minimal, selon le modèle de l’entreprise criminelle de fractionner ses activités selon le modèle de l’entreprise criminelle. Les délits transnationaux fréquemment commis par la criminalité organisée consistent en la fourniture de biens ou de services illicites à des personnes constantes dans le trafic du « faux billet », de stupéfiants, dans la contrebande du tabac, la prostitution, la caractéristique consentante réside à la demande des services illicites sur les riches marchés occidentaux avec la flexibilité propre aux différents trafics.. Dans ce contexte, les informations concernant les activités des forces de police en matière de la lutte acharnée contre le banditisme peuvent avoir une fonction essentielle. On sait qu’au cours de ces dernières années, le processus pénal de plus en plus transformé, abandonnant son rôle classique d’acquisition, d’introduction et d’appréciation de la preuve à charge et à décharge de l’inculpé pour s’orienter de plus en plus grâce à la diffusion d’informations par les médias et au phénomène de la globalisation vers une sorte de contrôle de l’opinion publique sur les principaux faits divers et sur les faits revêtant une importance politique et sociale (par exemple les affaires de corruption publique).

N.Bentifour
Mercredi 11 Mai 2011 - 11:34
Lu 582 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+