REFLEXION

ELLE FAIT CONFIANCE A SON FRERE A RELIZANE : Il lui extorque plus de 50 millions et menace de démolir sa maison



ELLE FAIT CONFIANCE A SON FRERE A RELIZANE : Il lui extorque plus de 50 millions et  menace de démolir sa maison
Une histoire qui semble sortir tout droit d’un scénario de ces feuilletons dramatiques mexicains et turcs. Malheureusement ce n’est pas une fiction, mais une réalité amère qui dépasse tout entendement, dont les faits se sont déroulés à la cité Satal à Relizane. Une femme désabusée, anéantie et complètement désemparée que nous avons rencontré en compagnie de sa vieille mère et l’une de ses deux jeunes filles. Elle a été trahie par son propre frère B.B qui a abusé de sa confiance et de sa naïveté. Elle n’en revenait pas lorsqu’elle entendit au téléphone son frère lui réclamant la somme de 150 millions de centimes dans le cas contraire il démolirait sa maison. La femme, veuve et émigrée de son état, résidente aux environs de Grenoble, n’en croyait pas ses oreilles. Au départ, l’histoire somme toute banale et paraissait démarrer du bon sens et la sagesse y prévalait jusqu’à ce jour où le frère aîné en l’occurrence B.B, qui avait prémédité son acte selon sa sœur depuis le début, sans que personne ne suspecte quoi que ce soit. La famille Benslama est composée de la mère et de onze enfants dont neuf filles et trois garçons, quant au papa, il a rejoint son créateur depuis dix ans déjà, laissant en héritage une maison bâtie en 1985, sise à la cité Satal, quartier situé dans la partie Sud-Est de la ville. Après le décès du père, et comme tous les enfants sont mariés et résident chacun dans sa maison, la demeure familiale est restée vacante presque neuf ans. La mère occupe un logement à la cité Dallas. Ainsi et sur proposition du frère ainé B.B, tous les héritiers se sont réunis pour décider d’un commun accord de vendre la propriété léguée en héritage par leur défunt père. L’accord final consistait à vendre la maison à leur sœur émigrée si elle en avait les moyens avant de la proposer à des étrangers. Le prix fixé, l’accord conclu, la sœur paie rubis sur ongle et par devant notaire à chacun des héritiers sa part qui lui revenait de droit dans la vente de la maison y compris la vieille maman. Les formalités administratives et légales ayant été entreprises et toutes les démarches accomplies avec l’aide du frère aîné bien sûr qui a répondu toujours présent pour assister sa sœur en l’absence de son mari décédé lui aussi. La nouvelle propriétaire a acquis son acte de propriété qui a été publié et enregistré au niveau de la conservation de la wilaya de Relizane, conformément à la règlementation en vigueur, ainsi que son livret foncier. Jusque là, quoi de plus normal, les choses semblent aller dans le bon sens. Une fois que toutes les démarches terminées, la nouvelle propriétaire Mme B.Zohra, et avant de repartir pour Grenoble (France), elle chargea son frère B.B, d’une nouvelle tâche qu’il accepta d’ailleurs avec joie. Elle lui confia l’opération d’aménagement qu’elle souhaiterait effectuer à l’intérieur de la maison qu’elle venait d’acquérir du fait qu’elle était fermée depuis neuf ans et qui nécessitait quelques réfections. Les deux parties se sont mises d’accord, alors, elle acheta avant de partir pour une somme de 25 millions de centimes tous les matériaux de construction ( faïences, dalles de sol, carrelages, robinetterie, quincaillerie, ciment etc…), qu’elle mettait à la disposition de son frère B.B pour lancer les travaux ainsi qu’ elle lui remit, selon elle, un montant de 50 millions de cts, pour faire face aux dépenses de la main-d’œuvre et autres achats indispensables aux aménagements. Elle est repartie avec la conviction que son frère allait s’en charger en son absence de tout ce qui a été conclu, d’autant plus qu’elle lui faisait une confiance aveugle, jusqu’à lui établir une procuration délivrée par le Consulat d’Algérie à Grenoble sous le numéro 480 du 10 avril 2010, pour lui permettre de l’exhiber au niveau des administrations concernées. Mais c’était compter sur du vent. Au bout de deux mois après, le frère sollicite de sa sœur le versement de la somme de 150 millions de centimes sinon elle ne récupérera plus la maison et qu’il allait la démolir. Ne voyant aucune réponse à ses questions et de peur de perdre tout, elle s’envole en catastrophe vers l’Algérie. A Relizane, elle le rencontre, lui demande des explications, mais en vain. Elle décida d’avoir le cœur net et d’aller inspecter sa maison. Et là, c’est la grande amertume et la grande stupeur, un climat de désolation et d’angoisse. Son frère B.B, a déjà mis ses menaces à exécution, tous le matériel acheté a disparu, les 50 millions partis en fumée et le plus incroyable de tous, il avait commencé à démolir de l’intérieur la maison héritée de ses parents et achetée par sa sœur avec son consentement. Pire encore, il est allé même selon les photos prises par la victime, jusqu’à sectionner deux des quatre piliers centraux qui maintiennent la maison encore debout. Les deux piliers ont été sectionnés au niveau de la partie basse de façon à ce qu’ils ne supporteront plus le poids de la dalle de la maison. « Etait-il dans son état normal, serait-ils devenu fou, au point de démolir la maison parentale, devenue propriété de sa sœur en toute légalité » s’écria sa mère, dont le poids des années se lit sur son visage, les larmes aux yeux, elle leva ses mains vers son créateur pour lui demander protection de sa famille et celle de sa fille et de sa progéniture. Un moment plein d’émotion et de tristesse, un moment indescriptible. La victime, Mme B.Zohra, nous a déclaré qu’elle avait déposé plainte auprès de Monsieur le procureur de la République près le tribunal correctionnel de Relizane et c’est la sûreté urbaine de Satal qui en a la charge du dossier. Elle entend demander la justice de son pays de la rétablir dans ses droits sans plus. Elle s’estime être victime d’un abus de confiance de la part de son propre frère et l’oncle de ses enfants, qu’elle a toujours aimé et adoré.

Hocine
Samedi 7 Août 2010 - 10:49
Lu 1288 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+