REFLEXION

ELECTIONS LOCALES : L’affairisme politique, l’unique règle en vue

A Mostaganem comme ailleurs, la prochaine échéance électorale pour le pourvoi en sièges des futures assemblées communales et de wilaya, ne semble point être épargnée par l’affairisme et le nomadisme politiques, que certains « élus à vie » choisissent pour unique moyen de se faire réélire au mépris des textes la régissant.



A deux mois des élections locales, la bataille pour les sièges des prochaines assemblées communales et de wilaya, bat déjà son plein, et « les têtes de liste » demeurent les plus convoitées par de multiples opportunistes, dont beaucoup de maires sortants, d’ex-parlementaires qui reviennent à la charge en tentant par tous les moyens possibles se faire réélire à nouveau.  Pour le moment, les négociations vont bon train au sein de certains « états-majors » de partis qui ont fini par prévaloir l’argent, comme unique solution pour la délivrance de « quitus » afin de se faire inscrire sur les prochaines listes électorales, dont « le tête de liste » reste fortement monnayée. A ce sujet, certains de ces candidats visent déjà le renouvellement du sénat, et dont l’élection locale reste l’unique « visa » pour y accéder, ils n’hésitent guère à offrir tout pour participer au prochain scrutin.  Ainsi, beaucoup de postulants sont, depuis des mois à la quête de partis pour les parrainer et leur offrir la chance qu’ils attendent, quitte à verser toutes les sommes exigées pour être en tête de liste. Il y a ceux qui trainent tant de casseroles, faisant l’impossible juste pour être en bonne position à travers les listes électorales. D’autres recourent au nomadisme politique, en vaquant d’un parti à l’autre, n’hésitant pas à financer la campagne électorale et payer tant d’autres dépenses pour certains partis « commerciaux » si exigeants en la matière. Certains autres candidats aux prochains mandats électifs, ne visent que les sièges du Senat qu’ils convoitent depuis si longtemps, les uns pour revenir une seconde fois et les autres, juste pour bénéficier encore de l’immunité parlementaire et poursuivre les affaires. Par contre, quelques partis ne tiennent plus à jouer ce jeu politique si malsain, ils ferment la porte au nez de ces opportunistes et se contentent de suivre les instructions de leurs bureaux nationaux, en se conformant au règlement intérieur du parti et aux textes de la loi électorale en vigueur.

L.Ammar
Vendredi 22 Septembre 2017 - 18:25
Lu 456 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 24-10-2017.pdf
3.93 Mo - 23/10/2017





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+