REFLEXION

ELECTION PRESIDENTIELLE : L’Algérie appelle le président !

Depuis son élection en 2009, pour un troisième mandat, le chef de l'Etat, Abdelaziz Bouteflika hésite à revêtir l'habit présidentiel. Faire la même chose que ses prédécesseurs, qui ont démissionné au moment où l’Algérie brûlait, à l’exemple de feu président Chadli qui a jeté le tablier au moment où le pays s’apprêtait à entrer dans une guerre civile, ou l’autre président Zeroual qui a préféré démissionner en plein guerre civile , malgré sa fatigue et son âge, une telle tentation de la part d’un moudjahid qui a donné sa jeunesse et sa maturité pour l’Algérie, serait inacceptable..!



Le retour à la première ligne pour Bouteflika est aujourd'hui plus qu’un devoir, car le pays des ‘’chouhada’’ lui demande encore des sacrifices. Or, même si certains chahuteurs, de l’opposition, ou les  fans de la France colonialiste accusent les souteneurs de Bouteflika de coup de brosse, l’appel à la candidature du président sortant  pour un nouveau mandat, est devenu une nécessité, car le pays est guetté par une menace qui pourra effacer l’Algérie de la carte mondiale. Un danger sécuritaire qui menace, le pays du coté du Mali, de la Tunisie et de la Libye, et une autre fronde tribale qui guette l'unité et la sécurité d'un pays à partir des événements de Ghardaïa, d’où la complicité  marocaine, n'est pas à écarter. L’appel adressé à Bouteflika par le FLN, le parti historique qui a libéré l'Algérie en 1962 pour briguer un nouveau mandat est un appel semblable à celui du 1er novembre, car l’Algérie de 1954 sous le poids du colonialisme français pourra le  redevenir en 2014, sous le poids des menaces sécuritaires qui guettent son unité et sa stabilisation. Et Bouteflika qui a répondu à l’appel de Larbi Benmehidi, et de Mustafa Benboulaid en 1954 pour lutter contre le colonialiste français, devra répondre à l’appel des algériens  pour éviter à l’Algérie une guerre qui ne dit pas son nom..!  Les millions de voix, des militants de partis politiques, des comités de soutiens, des associations et  de simples citoyens, qui ne cessent de solliciter le président  à militer une énième fois pour sauver l’Algérie à se présenter à un autre mandat, ne peuvent être déçus par « un Bouteflika » , qui  est fait pour libérer le pays de la discorde. Symbole du courage, de la bravoure et du sacrifice. Le vrai architecte de la réconciliation nationale, le Président, et ainsi, le seul pour sauver la barque de l’Algérie du naufrage. Et comment peut-on, espérer le contraire, car il a suffit, qu’un petit silence tactique de la part du Président de la République, pour qu’on assiste à un chahut présidentiel, avec une armada de candidats à la présidentielle de 2014. Du jamais vu, 85 candidats, de toutes nationalités et de toutes catégories qui se présentent sans honte pour les élections présidentielles, parmi lesquels des franco-algériens qui n’ont jamais mis les pieds en Algérie, un romancier et même un marchand de légumes, qui se voient déjà président..!  

Riad

Touffik
Vendredi 31 Janvier 2014 - 18:54
Lu 1685 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-11-2016_1.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+