REFLEXION

EL HASSI - ORAN : Les habitants vivent dans la poussière



Les habitants et les passagers dans l’axe Coca-El Hassi, respirent à longueur de journée la poussière dégagée par les matériaux de construction exposés sur la voie publique et squattant tous les passages et ruelles : « Nous subissons l’agression des poussières en permanence » diront des citoyens du voisinage des vastes entrepôts à l’air libre de ciment, sable de carrière, gravas, parpaings, briques, et autres activités liées à la soudure. Ils se posent la question qui leur a permis de squatter les voies publiques et la commercialisation des matériaux de construction dans un lieu sensé être l’entrée Ouest de la seconde capitale de l’Algérie, cette entrée parait aujourd’hui comme un grand douar ou un chantier de tous les matériaux de construction. Ces poussières selon les spécialistes peuvent contenir de la silice, des suies et des cendres, des bactéries et autres organismes. Leur nocivité varie suivant certains facteurs et en premier lieu selon leur concentration, des quantités très faibles suffisent pour créer un danger réel pour le voisinage, même lointain des lieux de l’exposition de ces matériaux. En absence de l’exécution des réglementations en vigueur, le commerce des matériaux de construction et de chaudronnerie continuent à se propager anarchiquement dans tous les lieux.

Ibn Khaldoun
Lundi 27 Juin 2011 - 10:48
Lu 1057 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+