REFLEXION

EL HADJADJ (CHLEF) : Les habitants du village ‘’Alkouajil’’ exigent des solutions à leurs préoccupations



Le village « Alkouajil », relevant de la commune d’el Hadjadj, distant d’environ 60 km au Sud de la capitale de la wilaya Chlef, l'une des plus grandes densités de population de cette commune souffre de la marginalisation et de la privation de toutes les nécessités de la vie quotidienne, et contribuer  à cette situation, sa mauvaise position géographique entre les cimes et les montagnes de Ramka et béni Bouaatab, ce qui a conduit au retour d’une partie des déplacés qui ont  construit des camps de fortune tout le long de la route principale menant à la commune, qui s’est transformée dans son ensemble en ruines qui témoignent de la décennie noire, car la population vit toujours dans la peur de l'inconnu. Après l'amélioration de la situation de sécurité, le village s’est trouvé confronté à un isolement complet, beaucoup d'entre eux se posent la question sur la réalité de leur vie misérable, où l’eau du robinet demeure encore un rêve pour ces populations, qui traversent quotidiennement des kilomètres pour aller trouver cette substance vitale, surtout en été, où la demande est forte, car l'eau potable pour les habitants du village constitue une vraie crise, si ce n’est quelques citernes et quelques puits appartenant à des privés, la situation aurait pu être catastrophique, sans compter la route menant au village qui est devenue complètement sablonneuse, et pleine de cavités, ce qui a rendu encore difficile les déplacements des habitants  vers le village, en particulier les enfants scolarisés qui  sont désespérés de cette situation, et selon les habitants de ce village, qui ont demandé à plusieurs reprises aux autorités locales pour le réaménagement de cette route, mais la situation demeure toujours au point mort témoignent les habitants qui prennent leur mal en patience et souffrent en silence. Le village manque également d’une salle de soins digne de son nom, et les malades font  plusieurs kilomètres pour aller se soigner ou se faire une injection, où ils seront obligés de se déplacer jusqu’à la commune, sans compter les cas d'urgence, tels que les accouchements, les accidents de la circulation, ou les évacuations de cas de santé grave  qui finissent souvent à des situations tragiques à cause de l’éloignement qui sépare le village des dispensaires les plus proches, en raison de l'absence totale d’ambulances, où les habitants lancent des appels aux responsables locaux à se pencher sur  leur cas et de prendre en charge leurs préoccupations en matière de santé , et d’ajouter à cela les autres problèmes qui affligent la population dans plusieurs secteurs tels que le sport et le divertissement, comme le village manque d'installations sportives, telles que des terrains de proximité,  considérés comme des  lieux de prédilection pour les jeunes à pratiquer le sport afin de mettre fin aux fléaux sociaux, et de créer un espace éducatif, et de sensibilisation au milieu des jeunes. Les habitants du village « Alkouajil » espèrent être parmi les bénéficiaires du projet de gaz naturel, dont a bénéficié  la commune, et que leurs espoirs ne se soient pas évaporés, afin d’épargner  aux habitants à traverser des kilomètres pour aller chercher des bouteilles de gaz butane sur des mules ou sur leurs épaules pour s'abriter du froid glacial en hiver et satisfaire leurs besoins quotidiens. Parmi les problèmes qui taraudent également les habitants, le chômage qui touche les jeunes, notamment les diplômés universitaires qui ont désespéré des promesses non tenues, certains d'entre eux ont même quitté le village, alors que d’autres se sont convertis dans le monde de l'agriculture pour aider leur famille en  l’absence de mécanismes de fonctionnement qui tardent à se réaliser à cause de certains obstacles administratifs et bancaires. Face à ces problèmes et lacunes, les habitants du village Alkouajil, lancent un appel pressant aux responsables locaux afin de trouver des solutions à leurs problèmes, et la réhabilitation de leur village, qui a subi les ravages de la décennie noire alors  que ses habitants ont préféré retourner pour y vivre.                    

Touffik
Dimanche 13 Juillet 2014 - 11:20
Lu 239 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+