REFLEXION

EGOUTS BOUCHES, SALETES, AVERSES DE PLUIE, RUES INONDEES : Comment gérer une telle situation à Mostaganem ?

Il a suffit, que des averses d’une pluie continue qui a durée 3 ou 4 heures qui se sont abattues avant hier sur la ville de Mostaganem pour que les rues et les avenues soient inondées, en raison du mauvais entretien des égouts, provoquant un développement de l’insalubrité qui engendre d’autres désagréments causés par les inondations face déjà à une saleté existante auparavant faisant la une de l’actualité presque quotidiennement.



Pour faire face à ce déferlement des eaux pluviales, il a fallu enlever  les couvercles protégeant les égouts pour permettre une fluidité  et une circulation des flots plus facilement. Ce scénario se répète chaque année en pareille  saison mais cela n’empêche pas  les autorités concernées  d’apprendre la leçon et de prévoir ce genre de situation déplorable  . Nul n’ignore qu’une inondation due aux fortes pluies saisonnières , aux orages etc…peut arriver très rapidement et violemment comme on le voit souvent en ces périodes  d’automne et hiver engendrant, des conséquences néfastes sur les espaces verts   déjà envahis  par des ordures de divers type se trouvant partout, recouvrant  presque tous les endroits de la ville  et ce  à perte de vue, favorisant une prolifération de la pollution, et une multiplication d’autres problèmes se répercutant sur l’environnement  et l’économie de la wilaya déjà fragilisée par le coût de tous ces projets en voie de réalisation et qui ne sont pas prés de connaitre une fin, vu la lenteur enregistrée dans l’exécution des travaux. Il existe bien des éléments permettant de recouvrir les égouts pour les protéger contre toutes les saletés pouvant s’introduire à l’intérieur et ainsi les boucher. Il ne faut pas être forcément  un architecte ou un ingénieur pour conclure aux effets créés par ce genre de calamité en matière de fissuration des maisons, de destruction des routes etc… engendrant plus de frais et de  charges à l’Etat. Est-ce un manque d’efficacité ou de professionnalisme, de motivation ou d’inaptitude dans  la  façon d’exécuter une mission. Cette insuffisance des résultats d’un bilan  de presque une année à la tête de l’APC n’honore guère les occupants de la mairie de Mostaganem, et la réputation de la capitale du Dahra qui se dégrade de jour en jour et de plus en plus au fil du temps avec un retour programmé à l’âge de pierre. Que sera l’avenir plus tard si on doit persister à ignorer toutes les mises en garde, et négliger ces  SOS et rappels à l’ordre de la part de citoyens conscients des conséquences pouvant en découler.                    

B.Adda
Mercredi 11 Septembre 2013 - 12:14
Lu 192 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+