REFLEXION

EFFONDREMENT D’UN MUR AU QUARTIER DE TOBANA : Une catastrophe évitée de justesse

le vieux quartier de Tobana fait encore parler de lui, et cette fois, le pire a été évité lorsqu’un mur s’est effondré hier matin aux environs de 11 heures, heureusement que les enfants n’étaient pas encore sortis de l’école, autrement, il y aurait eu des victimes.



EFFONDREMENT D’UN MUR AU QUARTIER DE TOBANA : Une catastrophe évitée de justesse
Hier aux environs de 11h du matin un mur s’est écroulé dans le vieux quartier de « Tobana » et plus exactement à « Khouchet El B’ghal » ou un mur a cédé et s’est effondré complètement  et qui aurait pu causer un drame. Après l’effondrement, tous les  accès ont été obstrués  et  difficilement accessible suite au tas de gravats qui se sont amoncelés et les habitants ont trouvé des difficultés à faire sortir leurs affaires puisqu’ils ont été relogés dans une école en attendant de trouver mieux. Certains habitants nous ont fait part de leurs appréhensions et redoutent un autre écroulement vu les délabrements des murs et le dénommé Berradja Djelloul a insisté pour nous faire visiter la pièce ou il vivait et dont le plafond s’est écroulé sur lui lors du dernier ramadan, lui causant une fracture au niveau des vertèbres, depuis il vit chez un voisin mais il trouve que cette situation n’a que trop duré et qu’il est temps que l’on prenne conscience de son cas, à 65 ans il veut au moins vivre dans la dignité et sous un toit décent, enfin une autre dame répondant au nom de Halima, a tenu a nous montrer la pièce ou elle vit avec ses deux enfants âgés de 14 et 16 ans et qui avait l’air d’une écurie avec aucune aération . Saidi Fatma est pour sa part née en 1934 à « Tobana » et depuis elle vit dans un Haouch qui menace ruine lui aussi, en plus de 4 familles, il est situé au fond d’une impasse difficilement accessible et ces habitants craignent qu’en cas d’un incident de ce genre, ils ne pourront même pas être secourus d’où les difficultés pour  les éléments de la protection civile pour y entrer. Kader, agé de 35 ans nous dira : « il faudra un hélicoptère pour nous évacuer en cas d’accident » avant d’enchainer avec ceci : « je n’ai jamais pu me marier, quelle femme voudra venir vivre avec moi dans ce haouch qui risque de s’écrouler à tout   moment ».     

photos_0274.jpg Photos-0274.jpg  (104.19 Ko)


Mihoub houcine
Mercredi 19 Janvier 2011 - 23:01
Lu 1102 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+