REFLEXION

EDITO : Rohani à Alger, on se calme



On annonce la venue dans les prochains jours du président iranien, M. Hassan Rohani. Cette visite revêt un caractère stratégique pour les deux pays. L’Algérie bien qu’elle s’oppose à la politique des alliances militaires, elle se trouve malgré elle ‘’cataloguée’’ dans  l’axe Russie-Iran-Syrie. Et la visite du président iranien vient confirmer les relations exceptionnelles entre les deux pays. Historiquement, les relations algéro-iraniennes ont connu des hauts et des bas après la réussite de la révolution islamique. La diplomatie algérienne a marqué remarquablement  sa présence en Iran lors de deux événements majeurs ; l’accord de paix Irak-Iran au temps du Shah et la libération des otages américains après la révolution. Actuellement, les pays ont des intérêts communs, notamment à l’OPEP, qui est d’une grande importance pour les pays qui souffrent tous les deux de la dégringolade des prix du brut. Sur le volet politique et diplomatique, l’Algérie et l’Iran ont plus de convergences que de divergences. Sur le dossier syrien, tous deux refusent toute ingérence des forces étrangères dans la région et préconisent une solution politique au conflit avec la sauvegarde de l’intégrité territoriale de la Syrie. Pour la Palestine, rien à dire, la position des deux pays est claire ; pas de paix si les Palestiniens ne sont pas rétablis dans leurs droits, notamment un Etat palestinien avec comme capitale El-Qods. Mais, puisqu’il y a toujours des exceptions, l’Algérie ne reconnait pas la souveraineté de l’Iran sur les trois iles émiraties Abou Moussa, la petite et la grande Tonb et demande la restitution de ces iles aux Emirats arabes unis. Sur la question religieuse, notre pays appelle au respect du courant religieux majoritaire dans chaque pays musulman. Ceci a mis mal à l'aise l’Iran qui, depuis sa révolution, ne cesse de financer et d’organiser le prosélytisme shiite dans les pays musulmans, provoquant par conséquent des tensions entre sunnites et shiites. La politique religieuse de l’Iran s’est fait beaucoup d’ennemis en Algérie qui refusent le pragmatisme de l’Etat qui reste difficile à comprendre.     

Rachid M.
Mardi 14 Février 2017 - 19:48
Lu 531 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 21-08-2017.pdf
4.19 Mo - 20/08/2017





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+