REFLEXION

EDITO : Quand le Gréviste devient ‘’Skiviste’’



On assiste ces jours-ci à la multiplication des grèves de la faim, entamées par des politiciens désespérés ou par des syndicalistes. Cependant, la grève de la faim commence à devenir une mode, surtout avec ce qui se passe en Palestine et la grève des prisonniers.  Ces actions de protestation donnent des idées  aux marchands de logements sociaux, qui longtemps ont utilisé  l’expression « Nahreg Rohi » qu'on entendait souvent de la bouche des demandeurs de logements, alors qu'en réalité ceux qui la prononçaient ne passaient jamais à l'acte. « Nahreg Rohi » était devenue, alors, un cachet d'avis favorable et un registre de commerce, mais pas pour longtemps. Devenant démodé, certains optent pour une autre méthode et cherchent même à acquérir des couvertures du lion dites ‘’Sbaâ’’ comme celles qu’utilise le président du FNA, Moussa Touati ou son homologue du FNJS, Khaled Bounedjma. Oui, ils menaceront d’entamer une grève de la faim si un logement ne leur est pas attribué. On assistera à des spectacles qu'aucune personne ne peut les ignorer. Une fois les clefs du logement remis au Gréviste avec un grand «G» celui-ci s'en débarrassera rapidement avant que le marché de l'immobilier ne chute brusquement. Le Gréviste deviendra du jour au lendemain « Skiviste ». En effet, ce dernier, sitôt servi, on ne trouvera de lui aucune trace. Ses victimes seront de vrais nécessiteux qu'il connait bien contrairement aux services de la daïra qui distribuent les logements aux plus beaux et plus belles et d'un degré moindre les pleurnichards. Le premier des critères pour avoir un logement était de savoir bien pleurnicher et bien bousculer les âmes sensibles et surtout bien crier le mot magique «Nahreg Rohi ». Maintenant, autres temps autres mœurs, il faut avoir la bonne couverture, celle du Sbaâ et une bouteille d’eau sucrée pour que la mise en scène soit complète. Donc, oubliez Monsieur «Harrag Roho » version Bouazizi, des Algériens ont inventé une autre, beaucoup plus meilleure et sans danger. Le bon Gréviste, qui a un petit estomac et un gros ventre aura gain de cause, et il peut s'acheter sa Hyundai Accent et faire le tour de la ville espérant trouver une ‘’Petita’’.

Rachid M.
Lundi 15 Mai 2017 - 20:44
Lu 198 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 19-10-2017.pdf
4.09 Mo - 18/10/2017





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+