REFLEXION

Du couffin au chèque



En prévision du mois de ramadhan 2010, les responsables du ministère de la solidarité nationale ont pris de nouvelles mesures concernant l’aide aux familles dites nécessiteuses. Un léger changement, par rapport aux années précédentes, vient d’être apporté par la tutelle. Au lieu du « fameux » et traditionnel couffin (du ramadhan) distribué lors des précédents mois de ramadhan, les responsables du ministère de la solidarité nationale ont voulu innover en optant pour un chèque d’une valeur de 3000 dinars par famille nécessiteuse auquel s’ajoute la somme de 500 dinars par personne, jusqu’à concurrence de 4 personnes par famille. Ce qui voudrait dire que les familles, selon leur composition, toucheraient entre 3000 et 5000 dinars. Les plus lésées sont les familles nombreuses ayant plus de 4 personnes à charge. Par familles nécessiteuses, les responsables du ministère de la solidarité nationale sous entendent celles qui ne sont pas assurées sociales, ce qui supposerait des membres de familles n’occupant pas un emploi salarié permanent déclaré. Une question se pose d’emblée au sujet de ces familles dites nécessiteuses aux quelles tout le monde pense durant le mois de ramadhan. Que deviennent-elles durant les onze autres mois de l’année, entre deux ramadhans? Ces familles sont dans le besoin constant tout au long de l’année. Ces familles ne mangent pas à leur faim, ou ne mangent pas du tout certains jours de semaines. Ces familles que l’on retrouve en fin d’après midi, aux abords des marchés de fruits et légumes, fouillant dans les bennes à ordures à la recherche de quelques légumes pourris » pour nourrir leurs enfants qui attendent le « pourris » pour nourrir leurs enfants qui attendent le ventre creux. Aujourd’hui, il n’y a plus de honte à fourrer son nez dans les poubelles pour s’approvisionner et ce, sous le regard indifférent de ceux qui remplissent leurs luxueuses voitures. En quoi le chèque proposé par le ministère de la solidarité nationale remplacerait-il l’habituel couffin ? Permettrait-il à ces familles nécessiteuses de ne plus être dans le besoin, sachant que durant le mois de ramadhan les prix des biens alimentaires et produits de consommation augmentent ? Selon l’office national des statistiques (ONS) le rythme d’inflation aurait atteint, en juin 2010, 5.4% par rapport à juin 2009. L’indice des prix à la consommation quant à lui, atteint une variation de +4.62% entre janvier et juin de l’année en cours due essentiellement à la hausse subite des prix des biens alimentaires qui ont connu une augmentation avoisinant les 6.46% par rapport à la même période de l’année précédente. Le couffin ou le chèque c’est du pareil au même. Ni l’un ni l’autre ne sauveront ces familles de la misère.

M. Bentahar
Samedi 7 Août 2010 - 11:14
Lu 555 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+