REFLEXION

Douar Hamouya (Mascara) : Une population agressée dans ses mœurs

Douar Hamouya est une localité située dans la commune de Sidi Boussaid dans la Daira de Ghriss sur les hauteurs des monts Aoufs, habitée par plus de 25O familles composées dans sa totalité de fellahs. Le douar longe la route qui relie la commune de Matemore au chef lieu de la commune Sidi Boussaid, mais s’étend en profondeur vers le lieu dit Ain Alloula . L’ensemble des habitants possèdent des terres qu’ils avaient améliorés pour les transformer en terre verdoyante sur lesquelles existent de nos jours des champs de pommes de terre, de fèves et autres cultures.



Douar Hamouya (Mascara) : Une population agressée dans ses mœurs
Malheureusement  ces terres sont situées à proximité des collines et de grandes étendues contenant des palmiers nains et de la broussaille. Des lieux que les buveurs et les gens de mauvaises mœurs trouvent à leur goût. L’endroit est envahi progressivement depuis plus de quatre ans, de gens de partout  qui commencent à prendre place dès  18 heures en compagnie de femmes de mauvaises mœurs au vu et au su de tout le monde, c’est un genre de paradis au Bacchus où un festival sauvage qui permet aux buveurs et buveuses de s’épanouir durant toute la nuit jusqu’au petit matin, mais ces derniers jours les choses se sont quelque peu gâtées. En effet, si Abdellah disait «  j’étais debout devant ma maison et soudain je reçois une bouteille de bière vide sur la tête, ayant inspecté les lieux à vu d’œil.  Je  constate qu’une voiture passée par là pour rejoindre le groupe qui se trouvait à quelques dizaines de mètres de nos habitations, où des hommes et des femmes buvaient, chantaient et dansaient criant à haute voix. J’ai rassemblé quelques voisins et on s’est dirigé vers eux pour essayer de les inviter à quitter les lieux, mais ces derniers voulaient employer la force, l’un d’entre eux a même fait sortir de sa poche un pistolet pour nous menacer, avant de prendre la fuite à bord d’un véhicule de marque MASTER et fut suivi par le reste dans une GOLF série 5, ces derniers ont par la suite téléphoné à la Gendarmerie de Ghriss lui faisant croire qu’ils étaient attaqués par une bande. Les gendarmes se sont déplacés sur place pour trouver plus de trois cent personnes rassemblés sur les lieux voulant se constituer en groupe pour assurer la protection de ces lieux sachant que leurs cultures sont bafouillées et salies par ces bouteilles de vins vides qui sont jetées à travers les allées de pommes  de terre ». Les gens de la localité  qui sont très conservateurs  n’acceptent pas de tels actes qui  touchent sérieusement  à leur dignité. Si Mohamed de son côté s’exprime avec une certaine angoisse en disant «  les ivrognes envahissent nos terres, alors un de ces jours, ils vont entrer dans nos maisons. Par ailleurs, depuis  que ces gens rodent ici, plusieurs vols sont signalés, tout récemment 5 vaches ont disparus et des vols de moutons ont eu lieu  à savoir que plus de 1OO têtes ont disparus. Les habitants du douar font également   l’objet d’agression. Il y a, à peine une semaine un des nôtres qui rentrait de voyage avec sa famille trouve le chemin barré à hauteur du virage qui mène à Sidi Boussaid. Ce Douar qui vivait il n’y a pas si longtemps dans la paix se trouve aujourd’hui devant un envahissement par des personnes qui ne sont même pas du territoire de la wilaya. Ces gens viennent de partout (Saida-Sidi Bel Abbès- Relizane et d’ailleurs). Un responsable qui s’est rendu sur les lieux au cours de la semaine nous disait « Vous voulez faire un Etat propre à vous dans ce douar ? »
Le comble de tout cela c’est  qu’on apprend que le propriétaire d’un véhicule « CHANA » qui a été chassé des lieux est allé déposer plainte en disant qu’il a été agressé sur la route, mais que faisait il à cette heure   tardive sur la route ? Que dira ce verger  à qui on a voulu  lui prendre un mouton de force pour l’égorger sur place et qui n’a du son salut qu’à des voisins qui passaient par là pour le sauver ainsi que ces moutons ? Cette situation nous amène aujourd’hui à lancer un appel aux autorités civiles et militaires de la wilaya pour trouver une solution à ce problème qui risque de s’aggraver dans les jours à venir. Comme on les informe que nous nous sommes constitués en groupe pour être mobilisés de jour comme de nuit pour empêcher ces gens à se rendre sur nos terres et  porter atteinte  à  nos moeurs et   venir souiller nos terres et nos cultures même au prix d’un sacrifice. Ce n’est pas une menace, c’est la préservation de nos coutumes et nos traditions.
Nous remercions au passage les éléments de la Gendarmerie Nationale qui sont mobilisés à nos côtés par tous les moyens pour arrêter ce phénomène qui nous est étranger, même le P/APC a procédé à la fermeture de plusieurs pistes même si elles nous servaient  , hélas ces gens ne reculent devant rien. Alors nous allons employer les moyens qui sont en notre possession même s’il faut une vendetta ».  Dans ce douar disait Ahmed un jeune «  La sortie de nuit nous est interdite, même pour des cas d’urgence, les femmes qui veulent   accoucher  ne peuvent être transportées vers Mascara ou Ghriss par crainte de tomber dans un guet  apens  de ces ivrognes comme ce fut le cas pour Abdelkader qui a été délesté de son portable et d’une somme d’argent alors qu’il se rendait au souk Hebdomadaire de Maoussa.

B.Boufaden
Samedi 3 Mars 2012 - 11:17
Lu 512 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+