REFLEXION

Douar Aleïlia ou « la colline oubliée »

Situé sur une petite colline et à un jet de pierre du chef-lieu de la commune de Fornaka, douar Alaïlia brille aujourd’hui par son statut pas enviable d’agglomération oubliée de la commune, selon ses habitants. Ces derniers disent ouvertement être victimes d’exclusion, et assènent que leur quotidien lamentable n’est pas dû à un manque de moyens mais plutôt de volonté…



Douar Aleïlia ou « la colline oubliée »
Ils  soulignent qu’ils  ne demandent pas la lune mais seulement leur droit de citoyens à accéder au développement et aux commodités élémentaires de la vie courante. Ils précisent qu’ils n’attendent pas plus qu’une légitime mise  à niveau avec leurs voisins d’en face, en l’occurrence les habitants du village de Fornaka, en matière de routes bitumées, de gaz de ville, de collecte des ordures et de réseau d’assainissement. Les mal-logés se considèrent, de leur part, exclus des programmes sociaux destinés à résorber l’habitat précaire. Les jeunes se plaignent, à leur tour, du chômage  et du manque de moyens de distraction et de loisirs. Ils disent n’avoir jamais eu leur part dans les programmes sociaux destinés à l’insertion des jeunes dans la vie active. En ce qui concerne  l’épineux problème  de  l’assainissement, les habitants de Aleïlia nous apprennent qu’il n’y a pas longtemps, ils se débarrassaient de leurs eaux usées carrément dans des fosses perdues individuelles. Selon leurs dires, ce n’est qu’à la faveur du passage de l’équipe de l’ADS de Fornaka chez eux  que leur triste vécu fut révélé et  qu’ils ont pu enfin bénéficier d’une fosse septique collective aux normes,  avec la promesse de leur raccordement définitif, dans un avenir raisonnable,  au réseau d’assainissement de la commune. Une promesse qui demeure cependant  sans suite à ce jour, et le tas de buses prévues pour finaliser le projet,  en panne de volonté selon nos interlocuteurs, continue à subir l’effet du temps et à s’user tranquillement dans la nature. Résultat des courses, non seulement, le douar en question n’est toujours pas raccordé au réseau d’assainissement comme promis, mais « mieux »,  la fosse à laquelle il  a eu droit est de capacité insuffisante et n’a été vidangée qu’une fois où deux depuis sa réalisation, disent les personnes rencontrées. Un habitant nous dit que, pour petite qu’elle soit, cette fosse nécessite au moins une vidange par semaine pour ne pas déborder. Donc, abandonnée sans vidange, celle-ci ne pouvait naturellement que le rendre « bien » à tout le monde, les habitants du douar en premier. Et c’est pourquoi, une grande flaque d’eaux usées en constante progression et attirant mouches et moustiques, s’offre  aujourd’hui en triste spectacle au regard et agresse les narines. En somme, c’est à un décor pas du tout réjouissant que l’on a affaire, qui plus est situé à seulement  deux pas de la route très fréquentée, reliant Fornaka à Stidia,  et qui, en toute logique, ne peut passer inaperçu. Mais malgré cela, les habitants et dignes paysans de Aleïlia disent être confiants en l’avenir. Ils ne  désespèrent pas ainsi de voir, dans un jour proche, le projet d’assainissement aboutir enfin, et  la bataille « sacrée » contre les odeurs pestilentielles, les mouches et les moustiques gagnée une fois pour toutes…

Mokhtar Aicha
Lundi 4 Juin 2012 - 10:57
Lu 280 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+