REFLEXION

Disparition de l’Arctic Sea : Une rançon d'un million et demi de dollars exigée



Disparition de l’Arctic Sea : Une rançon d'un million et demi de dollars exigée
Une rançon d'un million et demi de dollars aurait été demandée par ceux qui affirment détenir l'Arctic Sea, le cargo à équipage russe et battant pavillon maltais, dont les nouvelles sont contradictoires et aléatoires depuis deux semaines, indiquait samedi le FTD.
Mais explique le "FDT", "les observateurs considèrent cette situation comme aberrante, car le montant demandé dans ce type d'affaires est très faible", ajoute le quotidien.
En fin de journée samedi, les autorités finlandaises confirmaient que le propriétaire finlandais du bateau avait reçu une demande de rançon, sans livrer davantage de détails, ni confirmer si des pirates ont pris d'assaut le navire.
Dans un communiqué, le Bureau national d'investigation finlandais indique enquêter sur un "détournement présumé", sans plus de précisions. L'Arctic Sea, un navire finlandais, a quitté la Finlande le 23 juillet et son arrivée en Algérie était prévue le 4 août.
Le cargo a disparu le 28 juillet, avec à son bord 15 membres d'équipage et un chargement de bois d'une valeur d'1,3 million d'euros. Quatre jours auparavant, l'équipage signalait avoir été attaqué dans les eaux suédoises.
Les marins avaient expliqué avoir été abordés en mer Baltique le 24 juillet, au large de l'île suédoise de Gotland. Une douzaine d'hommes masqués seraient montés sur le bateau, auraient ligoté les hommes, avant de les battre, de leur dire qu'ils recherchaient de la drogue, de fouiller le navire et de repartir très vite sur une embarcation gonflable.
Les gardes-côtes cap-verdiens, au large des côtes ouest africaines, disent avoir repéré le cargo à quelques centaines de milles nautiques de chez eux, a rapporté vendredi le ministère français de la Défense, qui a démenti les affirmations diffusées samedi par Mikhaïl Voitenko, sur son site Internet Sovfrakhat.
L'expert maritime russe rapporte que des signaux du cargo ont été enregistrés dans le Golfe de Gascogne, au large des côtes françaises. Selon Mikhaïl Voitenko, les signaux ont duré une heure et le dispositif de transmission a pu avoir été enlevé de l'Arctic Sea et placé sur un autre navire. Le spécialiste a aussi ajouté sur l'APTN qu'il était "très improbable" que le cargo se trouve encore actuellement dans le Golfe de Gascogne.
La Commission européenne a avancé vendredi que l'Arctic Sea pouvait avoir été attaqué une deuxième fois au large des côtes portugaises. Cependant, le ministère portugais des Affaires étrangères assure que le navire ne s'est jamais trouvé dans les eaux portugaises. L'exploitant russe du navire, Solchart Arkhangelsk, a affirmé n'avoir aucune information concernant une éventuelle deuxième attaque.
Le capitaine du navire, Sergueï Zaretsky, 50 ans, ainsi que tous ses hommes d'équipage sont originaires du port d'Arkhangelsk, dans le nord-ouest de la Russie, a fait également savoir Solchart Arkhangelsk.
Le mystère Arctic Sea est d'autant plus grand que les cas de piraterie dans les eaux européennes sont rarissimes. En outre, la disparition n'a été rapportée que mercredi, soit une semaine après la date prévue pour son arrivée en Algérie, a indiqué la police suédoise, qui a alors lancé une enquête à la demande du propriétaire finlandais du navire.
C'est mercredi que le président russe Dimitri Medvedev a ordonné à son ministre de la Défense, Sergueï Ivanov, de prendre "toutes les mesures nécessaires" pour retrouver le navire. La Russie a ensuite envoyé plusieurs navires de sa marine pour localiser l'Arctic Sea et est en étroite relation avec l'OTAN.
D'autres sources ont avancé cette semaine que l'Arctic Sea était entré dans le port espagnol de San Sebastian, plus connu pour accueillir des bateaux de plaisance et de petits bateaux de pêche.
Le bateau de près de 100 mètres de long transportait du bois mais les spéculations vont désormais bon train et tournent à la suspicion d'un possible transport secret de stupéfiants ou d'armes. Il pourrait aussi s'agir d'un règlement de compte commercial ou mafieux, ou encore d'une affaire d'Etat.
Mikhaïl Voitenko s'est exclamé: "Cette histoire est unique et fantastique. Je ne peux plus spéculer, je n'ai pas assez d'imagination".S'il s'agissait d'un cas de piraterie, ce serait le premier d'importance en plus de 150 ans en Europe.

Réflexion
Lundi 17 Août 2009 - 08:02
Lu 437 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 10-12-2016.pdf
3.37 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+