REFLEXION

Direction de l’emploi de wilaya entre théorie et réalité

Le directeur de l’emploi de wilaya continuera-t-il à s’intéresser uniquement aux contrats DAIP notamment le secteur administratif, devenu produit de commerce en direction des P/APC au détriment de l’approche économique de la stratégie du gouvernement ? Ou changera-t-il son cap vers l’élaboration d’une stratégie de l’emploi de sa wilaya et respecter ses missions pour lesquelles il est nommé, sachant que la plupart des détournements de l’argent du DAIP ont eu lieu au niveau de ces directions de l’emploi ?



La direction de l'emploi de wilaya a été créée en vertu du décret exécutif n°02-50 du 21/01/2002 qui fixe les règles d'organisation et de fonctionnement des services de l'emploi de wilaya (journal n°06 du 23 janvier 2002).

Missions de la direction de l’emploi :
- Organiser la mise en œuvre des programmes :
Hormis le paiement des jeunes insérés dans le cadre du Dispositif d’Aide à l’Insertion professionnelle, il n’y a aucune organisation des programmes mis en œuvre par les pouvoirs publics ni même la coordination nécessaire pour au moins se rencontrer une fois par mois. Les structures, qui relèvent du Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité Sociale, étant très nombreuses.
-Mettre en œuvre la politique de promotion :
Mettre en œuvre la politique de promotion en cours d'exécution au niveau local et aider les groupes locaux dans la réalisation de leurs programmes visant à développer le potentiel d'exploitation.
Pour cette deuxième mission si importante, aucune direction de l’emploi au niveau national ne dispose d’un programme visant à améliorer ou à exploiter les idées locales, au contraire aucune discussion d’un programme quelconque d’exploitation du potentiel de wilaya n’a eu lieu depuis la création de cette direction d’exécutif à ce jour car le développement local  inclut la participation active de tous les acteurs d’un territoire pour identifier et réaliser les  programmes qui correspondent à la mise en valeur des atouts de ce territoire.
Du coup, on peut dire que le territoire est le point de départ et de rencontre des acteurs du développement. Il est le lieu où s’organisent, volontairement ou de manière spontanée, les formes de coopération entre les directeurs de l’emploi, les entreprises, les individus et les activités.  
Le développement local est « défini comme une volonté politique des acteurs de promouvoir le développement du territoire sur lequel ils vivent en vue d’améliorer la situation socio-économique des populations» d’une manière générale et les usagers de ce secteur en particulier.
Cette volonté politique, n’est rien d’autre que l’engagement citoyen des acteurs à la base pour la construction d’un projet de territoire, un plan de  développement de wilaya capable de créer de nombreux significatifs d’emplois et pour lequel un directeur d’emploi est tenu d’avoir toutes les clés de réussite.
En résumé, le développement local se traduit par une communauté d’intérêts des acteurs ; ce qui lui confère son identité économique, sociale, historique et culturelle.  
Examiner tous les modes d'élaboration des politiques et la promotion des alternatives appropriées d'exploitation des particularités de wilaya.
Certes, les wilayas diffèrent et aucune d’elle ne ressemble à une autre si on se réfère aux particularités et aux spécificités de chacune d’elle, c’est un point très important qui donne beaucoup à réfléchir à l’effet de faire ressortir des synthèses de tables rondes locales de l’emploi, aboutissant au minimum à des propositions de préservation de l’emploi et par la suite essayer de créer d’autres tout en respectant et en développant la vocation de chaque wilaya.
Cette différence des wilayas les unes par rapport aux autres est en elle-même une richesse et une banque de données déjà existante.   
Dans le contexte du développement économique local, la promotion de l’emploi notamment des jeunes, passe par le soutien aux initiatives locales des jeunes en terme de demande de renforcement de capacité, d’accompagnement pour la conception et la mise en œuvre de projets de développement, d’appui à leur requalification voire leur reconversion dans tout autre secteur d’activités. Que leurs initiatives soient spontanées ou qu’elles s’inscrivent dans une dynamique territoriale, qu’elles promeuvent l’emploi salarié au niveau seulement du secteur économique –public ou privé-  ou l’auto emploi, elles devront bénéficier de l’attention  et du soutien financier et technique des autorités locales pour leur développement.                  
-Le développement des banques de données d'exploitation pour aider au développement de l'emploi local :
Une banque de données d’emploi au niveau de wilaya n’existe pas actuellement et n’existera jamais si on continue dans la même mentalité locale à savoir : qui fait quoi ? Et en l’absence de coordination réelle- et non de réunions pour la forme et l'établissement d'un procès-verbal de réunion- entre les structures du même secteur d’autant plus qu’aucun directeur de l’emploi ne peut se projeter au-delà de ce que font les autres structures relevant du ministère du travail, de l’emploi et de la sécurité sociale et d’ailleurs c’est la seule direction qui ne dispose pas de plan d’action annuel.
 Faire les études nécessaires pour le développement de programme alternatif pour améliorer le fonctionnement ou le mandat de le faire :
Ce point n’a pas encore vu le jour car aucune direction de l’emploi à travers le territoire national ne dispose d’un plan d’étude et encore moins à y parvenir. Il est temps que la mentalité change dans ce domaine, personne ne peut avancer sur la base du constat seul, des études ne font que dépoussiérer les atouts de chaque wilaya à l'effet de proposition de bons projets ou de bonnes idées au minimum pour l'exploitation locale.
- Proposer des mesures pour réduire le coût de fonctionnement actuel et de l’aide directe de l’Etat pour accroitre les possibilités d’emploi.
Au lieu d’encourager l’insertion des jeunes à travers l’activité économique, les directeurs de l’emploi continuent d’orienter les jeunes vers le secteur administratif accusant déjà des effectifs pléthoriques pour 03 années renouvelables sans encadrement et surtout sans possibilités réelles de recrutement et ce malgré les orientations du Ministre du travail, de l’emploi et de la sécurité sociale.
-Renforcer l'activité et le mouvement de masse pour assurer la compatibilité dans le cadre d'une opération de mise à niveau et de la lutte contre le chômage.
En l’absence d’esprit d’initiative locale ou personnelle, les directeurs de l’emploi assurent uniquement leur quotidien et ne cherchent guère à développer des idées pouvant réduire le chômage à travers des discussions avec leurs collègues des autres secteurs ou les associations œuvrant pour la promotion de l’emploi, si elles existent vraiment.
-Développement de l'emploi à travers les entreprises et proposer des mesures pour permettre l’élargissement de l'opération de la demande dans la zone de contact avec les partenaires concernés.
-    L’encadrement technique à apporter aux jeunes, peut consister en des formations modulaires et thématiques de renforcement de capacité. Cela leur permet non seulement de se mettre à l’abri de la déqualification mais d’élargir leur champ de connaissance et d’expertise, cette action peut être proposée par la direction de l’emploi en coordination avec le secteur de la formation professionnelle et les entreprises domiciliant les jeunes insérés.  Ce genre d’accompagnement donne l’occasion pour des jeunes experts de disposer d’une importante expérience et de capitaliser ainsi une référence majeure pour des emplois futurs décents.
 Connaissance des tendances d'exploitation au niveau local et d'identifier les secteurs qui peuvent fournir les solutions.
Le développement économique local est une composante du développement local. Il insiste plus sur la création de la richesse, la promotion de l’économie locale par les PME et PMI. En effet, vu que les Communes ne disposent pas assez ou du tout de ressources financières suffisantes, il importe d’agir sur les potentialités locales pour en créer, promouvoir les entreprises et soutenir l’emploi qui est une question épineuse dans un contexte de sous-emploi et de chômage chronique toujours entretenu par le transversal souci de l’inadéquation Formation/Emploi.  
-Collecter toutes les données statistiques sur le marché du travail en vue de leur exploitation.
Les directeurs de l’emploi sont- ils en mesure de maitriser les statistiques en l’absence de statisticiens au niveau de leurs directions ? Sont-ils capables de consolider des bilans de tous les secteurs au niveau local en l’absence de coordination avec les autres structures de wilaya ? Malgré ça, chaque wilaya calcule son taux de chômage et l’envoie à la centrale.
 De ce fait, le taux de chômage national est brandi par le gouvernement comme un trophée de guerre pour appuyer ses propres bilans des différentes politiques économiques et sociales qui se sont très peu traduites sur le terrain. Dans un contexte pareil, Quel crédit donner à un tel taux confronté à la réalité ?
 La politique de l’emploi est une réalité cernable et mesurable celle des instruments spécifiques dont se sont dotés les pouvoirs publics pour améliorer la situation de l’emploi ou atténuer certaines des conséquences du sous-emploi.  
Pour autant, le champ de la politique de l’emploi reste délicat à définir.  La politique de l’emploi relève-elle d’une action d’assistance et de solidarité ? Cette question peut se poser dans la mesure où ses critères d’éligibilité renvoient souvent à des situations de pauvreté : demandeurs d’emploi, handicapés, (problèmes de vulnérabilité sociale) et non à une situation de non emploi assurée par un si important directeur d’exécutif.

 La politique de l’emploi entre théorie et réalité amère
La direction de l’emploi, seul niveau de décentralisation, comme a été démontré à travers ses pratiques et non ses missions théoriques, demeure le cadre par excellence de l’exercice de l’emploi et de promotion du développement économique local. Mais ce processus ne peut prospérer que lorsque tous les acteurs institutionnels, politiques et locaux en saisissent l’enjeu et comprennent les défis présents et futurs, dans un élan de dialogue continu et de concertation permanents, mais en aucun cas ne peut se concentrer sur les accessoires et ignorer les priorités.
Existe-t-il des outils pour contraindre les uns et les autres pour une synergie dans les actions ?
 En principe, il n’existe pas à ma connaissance des outils pour contraindre les uns et les autres pour une synergie   dans les actions du genre coercition, pour forcer qui que ce soit. Mais ces outils pouvant dissuadés les acteurs qui s’éloignent des priorités définies sont les dispositifs législatifs et règlementaires    qui existent en la matière. Seules les révisions des missions et l’adaptation de cette direction à la réalité du terrain constituent à mon avis, un outil pour que les différents acteurs coopèrent pour une synergie d’actions au service du développement harmonieux d’une politique locale de l’emploi axée essentiellement sur les possibilités de développement économique local.
Alors le directeur de l’emploi de wilaya continuera-t-il à s’intéresser uniquement aux contrats DAIP notamment le secteur administratif   - devenu produit de commerce en direction des P/APC- au détriment de l’approche économique de la stratégie du gouvernement ?  Ou changera-t-il son cap vers l’élaboration d’une stratégie de l’emploi de sa wilaya et respecter ses missions pour lesquelles il est nommé en tant que Directeur d’exécutif et proposer des solutions pratiques à la question du chômage notamment celui des jeunes sachant que la plupart des détournements de l’argent du DAIP ont eu lieu au niveau de ces directions de l’emploi ?             

 

Riad
Mercredi 25 Mai 2016 - 17:50
Lu 612 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+