REFLEXION

Dictatures arabes



Quand un édifice est construit sur des bases de données architecturales erronées et avec des matériaux non conformes aux normes internationales, ce dernier
s’effondrera inéluctablement. Le même schéma est transposé sur les systèmes politiques arabes qui mirent en place des régimes imprégnés d’idéologies hétérogènes et obsolètes ayant donné des résultats négatifs dans d’autres nations pour les appliquer par la force sur des peuples vulnérables par leur analphabétisme, leurs traditions et l’ignorance de leurs droits et devoirs. Les systèmes politiques arabes fantoches comme l’exemple du pouvoir syrien qui est depuis 1970 en place et de couleur politique Baathiste (parti politique socialiste fondé en 1953) par le syrien Michel Aflak et de tendance laïque, n’a pu se maintenir au pouvoir jusqu’à ce jour que par la force, l’oppression et le passe droit qui sont les seuls outils en sa possession. Mais tous les systèmes de ce genre sont vulnérables et un petit ouragan de revendications populaires peut mettre ces derniers devant de très graves situations pouvant les anéantir si ce n’est la fourniture d’armes et le soutien parfois des occidentaux qui ne font jamais rien sans recevoir la contre partie surtout avec les pays du golfe qui ont beaucoup de richesses sans oublier que l’enfant naturel des Etats Unis se trouve entouré de tous ces pingouins qui pour défendre les intérêts des occidentaux et leurs propres intérêts sont capables d’anéantir leurs peuples jusqu’au dernier. Le président Bachar el Assad suit le chemin de son père qui rasa la ville de Hamah en provoquant un bain de sang faisant entre 10 000 et 25 000 morts sans qu’il n’y ait aucune résistance de taille. Mais actuellement les temps ont changé et ces peuples n’ont plus ce spectre de la peur, qui s’est effondré à jamais. Le président syrien ne veut pas reconnaître que son peuple revendique plus de justice, de droits et de liberté en demandant son départ. Mais ce dernier fait fi de tout cela et invoque la tendance islamiste pour se maintenir au pouvoir et justifier ses massacres qui s’élèvent à plus de 500 morts. La plus grave erreur que peut commettre un chef d’Etat contre son peuple c’est bien en utilisant la répression contre ce dernier. Bachar el Asad croit qu’il sera soutenu par les occidentaux et plus précisément par la France comme elle l’a fait auparavant contre l’Iran. Malheureusement, les données ont changé et la France ne défend personne sauf ses intérêts. Pour les occidentaux, tant que l’on tue l’Arabe, il n’y a aucun problème. Mais imaginons un instant qu’une nation européenne ou occidentale, et en l’occurrence Israël, vous verrez tout l’occident se soulever et répliquer sur l’heure. Pourquoi Bachar El Assad ne déloge t-il pas les israéliens du Golan au lieu de tuer ses frères ? Mais au contraire, les pays arabes sécurisent Israël et combattent leurs peuples.

El-Houcine Benyahia
Lundi 2 Mai 2011 - 10:17
Lu 178 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+