REFLEXION

Deux ans de prison ferme requis contre un Taleb à Mostaganem

Tout est permis dans notre société à l’image de l’ignorance qui darde les esprits et avilit les consciences. L’obsession mercantile pousse à ce genre de pratiques diaboliques en vue de générer des sous sans se soucier le moindre du monde de la santé d’autrui.



Deux ans de prison ferme requis contre un Taleb à Mostaganem
C’est dans ce contexte que le tribunal correctionnel a eu à traiter une affaire inimaginable d’un Taleb qui prétend guérir les patients du mauvais œil. Un réquisitoire de 2 ans de prison ferme  a été prononcé jeudi 15 décembre 2011 à l’encontre du dénommé M.K 48 ans, un chimérique « Taleb »  pour acte de sorcellerie et escroquerie. La genèse de cette macabre affaire  remonte au mois de décembre 2011 dans une mosquée située à Bouguirat (commune de Mostaganem). M.K qui jouissait du statut de Taleb, un statut attribué à sa personne par lui-même, pour se prétendre guérir en génie le mauvais œil. Profitant de l’absence de l’Imam de la mosquée alors que ce dernier a toujours recommandé au Taleb de se comporter en homme sage et de ne pas nuire à l’image de l’islam et à la piété des fidèles pendant la prière. Mais ce faux guérisseur profitant de l’absence de l’imam,  usait de son subterfuge et sa malice pour se faire passer aux yeux de ces victimes le maestro contre le  mauvais œil, contre des sommes d’argent allant jusqu’à 15000 dinars. Devant la cour et en pleine audience, le président  demanda au mis en cause, comment s’y prenait-il pour ses séances de sorcellerie ? Il répondra que pour sa première cliente, la dénommée B.L 32 ans, la procédure était simple et sans ambigüité. M.K, le « Taleb » scribouillait sur une feuille de papier 3 à 4 versets du Saint Coran au prix exorbitant de 5000 dinars, et parfois jusqu’à 15000 dinars, c’est en fonction de la clientèle et de sa naïveté. Ce papier gribouillé, sera utilisé au moment de la douche, en le diluant dans un verre d’eau et l’ingurgiter à moitié, le reste sera versé sur le corps et se faire masser,  c’est la procédure édictée par le Taleb et que chaque patient devra suivre à la lettre. Mais  pour que la guérison soit parfaite, le Taleb devait refaire la même opération 4 fois  pour chaque patient, et à chaque nouvelle séance, il exigeait des honoraires. Le président en pleine salle d’audience à l’esprit sagace  et en homme averti lui demanda de réciter quelques versets coraniques pour tester son degré de lettrisme. Sans abdiquer, il le fit mais de quelle façon ! Le président non convaincu, lui ordonna de nouveau et en pleine salle d’audience  d’écrire un verset coranique. Le Taleb exécuta l’ordre et se mis à écrire avec une main tremblotante comme un élève de l’école élémentaire qui pour la première fois met la main sur un stylo. Le papier remis était à une année de lumière de la belle calligraphie. Les fautes étaient innombrables. Ce faux guérisseur en l’absence de l’imam,  prenait les règnes de la mosquée, c’était lui qui assumait la fonction de muezzin, et c’était lui qui faisait la fonction de l’imam dans la pratique des 5 prières au quotidien, malgré les réticences et la protestation des fidèles qui ne voulaient pas de lui et qui ont toujours suspecté ce genre de comportement jésuitique. Le mis en cause s’accaparait de force de cette noble responsabilité, celle de gérer un lieu de culte  en l’absence de l’imam qui habite dans le quartier de Hai el Arsa et qui est obligé de vaquer à ses responsabilités souvent pour rejoindre son domicile familial. Quant au procureur de la République qui a demandé que la peine soit appliquée dans toute sa rigueur a requis deux ans de prison ferme à l’encontre du mis en cause. Par ailleurs, il y a lieu de soulever que ce genre de pratiques diaboliques se sont généralisées dans notre société à l’image de la mondialisation fécondatrice d’un esprit mercantile et avide qui ne cesse de se propager pour que  la passion du sous soit le seul chemin recherché.       

MAR
Lundi 19 Décembre 2011 - 10:56
Lu 1615 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+