REFLEXION

Des trottoirs squattés de bout en bout à Mostaganem



Des trottoirs squattés de bout en bout à Mostaganem
Le squat de la voie publique tend à devenir un phénomène de société, prenant de l’ampleur  de jour en jour. Tôt le matin, les trottoirs de la ville sont pris d’assaut par une multitude de jeunes « trabendistes » fermant le passage aux piétons et aux automobilistes, sous le regard complice d’un pouvoir public qui n’ose plus les réprimer pour protéger une paix sociale si fragile, malgré l’existence de tant de lois qui interdissent  le bradage gratuit du patrimoine public… ! Finalement, le squat du patrimoine public tend à prendre des proportions alarmantes avec l’occupation illicite de centaines  d’espaces de la voie publique. Jouant la carte de l’apaisement  pour  la protection d’une paix sociale si fragile, le silence  complice  des pouvoirs publics fermant l’œil, semble le favoriser  davantage et lui promettre de beaux jours. Profitant de la circonstance, des centaines de jeunes  activant au sein du marché informel, n’ont pas hésité à s’emparer de tant de trottoirs  à travers les rues commerçantes de la ville. Depuis le souffle  du vent printanier arabe, beaucoup d’espaces publics  ont été envahis  au sein de la ville des mimosas, aucun  quartier n’a pu être  épargné, les « commerçants » de l’informel se son t installés partout, les uns en érigeant des baraques, les autres en y déposant à même  le sol les produits à vendre. Quant aux gérants de cafés publics,  ils ne sont point gênés d’aménager des terrasses en pleine voie publique sans s’inquiéter. Interrogés,  certains de ces « commerçants » se croient  en pleine légalité et déclarent ne nuire à personne et pensent de surcroit, être utile à la société  en lui rendant  tant de services ;alors que  les autres  affirment ne savoir rien faire avec leurs dix doigts, sinon vendre n’importe quoi sur la voie publique et s’occuper en gagnant de l’argent au lieu de le voler…. ! En face de cette anarchie consistant a bradé gratuitement  les lieux publics conçus pour la circulation des personnes et des véhicules, chacun y est allé de son plein gré, prendre possession  de l’espace public qui lui fait face, les propriétaires  de cafés publics et de restaurants  ont  installé sans la moindre hésitation des tables et des chaises en  dehors de leurs établissements publics pour avoir  un  peu plus de clients, les autres commerçants  ont également  pensé à  occuper  le peu d’espace en face du magasin en exposant les produits à  vendre  en dehors sur des étals, et aussi des échelles  et des bancs en bas du trottoir pour éviter le stationnement de tout véhicule. Dans  ce contexte, les malheureux citoyens ne cessent de se plaindre  de ces pratiques causant tant de désagréments, dont l’encombrement,  la difficulté de passage d’une rue à l’autre, et le blocage des issues  menant aux immeubles d’habitations. D’autres soulèvent également la nuisance sonore de quelques cafés publics  ayant des terrasses en pleine rue, ne baissant le rideau  que vers le tard. Malheureusement, le drame est l’existence de toute une réglementation établie pour  pénaliser un tel cinéma qui ne peut se faire ailleurs, mais qui s’autorise à avoir lieu ici aux mépris de toutes les lois qui l’interdisent. Des lois toujours en vigueur qui soumet   l’accès au  patrimoine public  à des autorisations temporaires délivrées par l’urbanisme avec l’accord du voisinage après une enquête publique, mais à Mostaganem comme ailleurs, les lois paraissent être  mises en veilleuse et seule « la fermeture de l’œil » des pouvoirs publics   sembleraient   être  de mise et de cours….. ! Les piétons et les automobilistes doivent prendre leur mal en patience et apprendre à  contourner doucement  ces marchands, maîtres des lieux, pris par leur commerce sans la moindre insouciance.
                               

Mohamed El Amine
Mardi 24 Janvier 2012 - 11:05
Lu 684 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+