REFLEXION

Des travaux qui durent depuis plus de trois semaines

LES RIVERAINS DE LA RUE BERRAIS ABDERAHMANE MECONTENTS

Les Riverains de la rue Berrais Abdrahmane se sont rapprochés du siège du journal « Réflexion », où ils ont exprimé leurs mécontentements concernant les travaux qui trainent depuis plus de trois semaines et surtout ces derniers temps du fait que le chantier a été abandonné ces trois derniers jours.



Des travaux qui durent depuis plus de trois semaines
Une situation qui inquiète les habitants, d’où le risque d’accidents qui pourraient se produire surtout le soir à la tombée de la nuit.  Pour rappel, la rue Berrais Abderahmane qui mène vers l’hôpital  Che Guevara  est en chantier depuis plus de trois semaines, et les tranchées laissées par les ouvriers empêchent la circulation des véhicules et des piétons qui doivent emprunter la chaussée  au risque de se faire renverser par une voiture. A signaler qu’une personne  est déjà tombée  dans l’une des tranchées, heureusement qu’elle n’a pas été blessée. Aussi il est utile de rappeler que de tels travaux devraient être terminés dans des délais limités du fait de l’activité commerciale qui s’y déroule empêchant ainsi les commerçants de travailler, mais il semble que les autorités n’ont rien prévus à ce propos. Bien au contraire, la lenteur et le non suivi par les responsables met en lumière un laxisme affiché du fait que cela fait plus de trois semaines que les travaux durent comme il a été signalé plus haut  et que depuis rien n’a été fait par les autorités pour accélérer la cadence.  La lenteur de tous les  travaux est devenue une habitude qui fait que les responsables concernés s’en foutent éperdument  au grand dame des habitants qui attendent sans résultat, et ce malgré leur appel pour terminer les travaux et se demandent jusqu’à quand cela va durer. Selon les riverains, ce tronçon est devenu un danger réel  pour les adultes et notamment pour les enfants, pour signaler encore l’imminence des risques du fait que plusieurs enfants sont déjà tombés dans les tranchées à ciel ouvert et qui sont restées sans qu’aucune mesure de sécurité ne soit prise  pour prévenir aux accidents qui pourraient se produire.

Rym.B
Lundi 2 Janvier 2012 - 11:25
Lu 573 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+