REFLEXION

Des produits non contrôlés envahissent les marchés et les souks de la wilaya de Mostaganem



Des produits non contrôlés envahissent  les marchés et les souks de la wilaya de Mostaganem
L’exemple du Souk de la commune de Mesra qui se tient tous les vendredis, où l’on y trouve des viandes rouges non certifiées aux abattoirs, ou encore des produits laitiers  étalés à même  le sol  poussiéreux met en lumière le laxisme des services de contrôle concernées. Depuis l’impressionnante flambée des prix de plusieurs produits alimentaires et des fruits et légumes, plusieurs marchands s’adonnent au commerce illicite et font dans  le parallèle, proposant des prix moins chers et compétitifs aux citoyens. À commencer par les produits laitiers, proposés au grand jour à l’entrée même du souk ainsi que  des fruits et légumes, du fromage, du beurre de brebis, du lait et autres. Ces produits sont exposés, à la poussière, au soleil et à l’insalubrité d’où les risques d’intoxication après consommation, surtout que ces produits ne sont même pas emballés et ne portent aucune mention ni étiquetage, date de péremption etc.. Comme l’exigent les lois de protection du consommateur. Interrogé sur la question, l’un des marchands nous dira concernant les produits laitiers exposés que les consommateurs ne courent aucun risque du fait que selon lui ils sont fait maison : Et d’ajouter mes produits sont garantis vous pouvez les acheter sans aucun risque dans le cas où il vous arrive quoi que ce soit  je suis là chaque semaine, Une réponse qui cadre avec un commerce dégradant du fait des insanités du vendeur car si l’on réfléchit bien et le fait de consommer de tels produits et qu’il vous arrive quelque chose ce sera trop tard. Le même constat accablant à l’intérieur du  Souk, concernant les viandes exposées aux mouches, aux moustiques et  à la poussière, que l’on  vous propose à ciel ouvert sans aucun contrôle des services d’hygiène d’où  l’absence des services du contrôle de la qualité et des prix. De la viande de mouton à celle du poulet des bon prix sont affichés, alors qu’on peut facilement remarquer que ces produits ne portent aucune estampille du vétérinaire, ni tampon des autorités sanitaires ou des abattoirs certifiés. Le plus aberrant c’est que  cela n’empêche pas le citoyen d’acheter. Pour le consommateur, c’est une solution de rechange vu les moyens et la cherté oubliant que c’est un risque qu’il coure, aussi est-il temps de se demander où sont passés  les services concernés dont ceux chargés du  contrôle sanitaire et alimentaire.

Benyahia Aek
Lundi 16 Avril 2012 - 11:12
Lu 692 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+