REFLEXION

Des produits alimentaires douteux sur le marché et un contrôle qualitatif qui fait défaut à Tissemsilt

Avec l’annonce du début du mois du Ramadhan, la frénésie du gain facile gagne tout le monde et nombreux sont ceux qui profitent de l’aubaine pour mener leurs propres commerces, quant aux conditions et la qualité des produits qu’ils proposent aux clients, la question ne se pose plus et la finalité importe peu.



En dépit de toutes les lois mises en branle pour lutter contre ce phénomène et le commerce informel, rien ne semble arrêter l’activité de ces marchands et autres vendeurs à la sauvette, ils récidivent après chaque intervention des services concernés. Dans des espaces ouverts tels la rue du 1 er novembre, devant les locaux de l’ex OFLA,  ou Souk H’lima ou encore la place du palais des expositions, les marchands s’étalent à perte de vue, les trottoirs et les rues sont depuis quelques jours et dés les premières heures de la journée squattés par ces clandestins du commerce, on y trouve une multitude d’objets à vendre, notamment les produits de l’alimentation générale et les fruits. Tout se vend, même les objets volés et les prix pratiqués paraissent conquérir les offres des supérettes et autres grandes boutiques et attirent de nombreux clients. Mais cet état de fait génère énormément de problèmes et de désagréments et aux piétons et aux automobilistes, ajouter à cela les risques et le réel danger qui guettent les consommateurs à cause de la qualité de certains produits et de l’insalubrité qui y règne et domine les habitudes, les dates de péremption et la qualité sont le dernier  souci de ces vendeurs. On y trouve de tout, à savoir, des marques de tout genre dont certains ne sont pas conformes aux règles du commerce, des produits de limonades, de jus et même de fruits qu’on ignore complètement l’origine et la provenance quant à la qualité, elle est vraiment à dénoncer, ces squatteurs ne se préoccupent de rien, dans certains endroits comme à Souk H’lima, l’anarchie est le décors général, les timides interventions des policiers ne les ont pas sensibilisés et persuadés pour ne plus vendre de tels produits.  A chaque fois, ils récidivent,  une situation qui s’est même banalisée au point où le commun des habitants de la ville de Tissemsilt s’est interrogé légitimement ; pourquoi ce silence de la part des responsables ? Où sont passés les services concernés ? Enfin, et dans pareilles circonstances, les responsables à haut niveau sont avertis et appelés à intervenir avec plus de sérieux et de force et faire appliquer rigoureusement les lois en sanctionnant ces semblants de commerçants qui ne se soucient guère de la santé des consommateurs …

 

A. Ould El Hadri
Mardi 16 Juin 2015 - 20:27
Lu 153 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+