REFLEXION

Des noms qui ont marqué l’histoire de Mostaganem

Les gens veulent connaître le passé de certains martyrs qui se sont sacrifiés pour la liberté et l’indépendance de l’Algérie, cherchent à remonter aux origines de ce passé bouleversant et très important à leurs yeux. Le devoir de chaque citoyen algérien digne de ce nom de les évoquer en toute occasion afin de ne pas les oublier, car se les remémorer nous permet de nous rappeler de leurs noms. Aussi est-il temps de revenir à ces hommes, parce qu’ils le méritent et dont les annales ont omis alors que leur parcours est des plus édifiants, pour aller sur leurs traces et s’inscrire dans la mémoire collective pour éviter qu’on les oublie.



Des noms célèbres nous reviennent à l’esprit pour se rappeler, Ould Aissa Belkacem, Benyahia Belkacem, Benayed Bendehiba, Bordji Amar, Houcine Hamadou , Zerrouki Cheikh Ibn Eddine, Moulay Cherif et tant d’autres.
  Bencheikh Abdelkader, dit Kadi Bezaouch,  est né le 04 juillet 1927 à Mostaganem. Issu d’une famille modeste et honorable, il est le fils de Bencheikh Belkacem. Le Chahid Kadi Bencheikh a passé sa jeunesse et vécu à  Tigditt. Benzohra Ghali est né le 18 mai 1931 à Mostaganem fils de Djilali et Rezgui Kheira, il vécut dans un environnement familial des plus modestes, à Tijditt, un homme courageux et intelligent. Abdallaoui Abed né le 16 novembre 1931 à 30 mètres  de la grand place centrale de Tigditt (Souika El Fougania) à Mostaganem. Touil Mohamed, natif de Kheir Eddine (ex-Tounin) est né le 28.11.1938, issu de la fraction des « chourfa,  Le jeune Touil Mohamed âgé à peine de 23 ans a préféré sacrifier sa jeunesse et sa vie pour une cause des plus nobles. Benyahia Belkacem, est né le 11 janvier 1924 à Mostaganem, qui est arrivé à se hisser dans le rang des grands devenant ainsi le symbole de toute une région qui peut être fière de lui et a été élevé au sein d’une famille nationaliste. Boumedienne Mohamed, dit Si Kheir Eddine, est né en 1922 à Douar Ouled Sidi Bouzid Ain El Kitar commune de Sidi Khattab et fils d’Abdelkader et de Kheira Gouaiche. On dit de lui pour ceux qui l’ont connu que c’était une personne très intelligente et très sage. Borji amar, comme l’a si bien décrit, l’un de ses compagnons de lutte, c’est tout un pan de vérité qui devrait souscrire à certaines vérités, pour que les générations sachent. Ce martyr qui est l’un des premiers dans l’action du 1er novembre 1954, n’est pas qu’un simple individu, mais une sommité de par sa bravoure lors du déclenchement de la lutte de libération nationale. Aujourd’hui son histoire nous prend par la main pour nous guider sur les traces de ceux nous ont précédé dans la mort car nous mourrons tous un jour. Benabdelmalek Ramdane,  1 er chahid de la révolution algérienne, à l’occasion de sa mort et qui est devenu l’une des plus grandes figures emblématiques de la région. Il fut tué au combat le 4 novembre 1954 près de Sidi Ali au cours d'un accrochage entre son groupe et les forces d'occupation. Il fut ainsi le premier chef militaire de la Révolution  qui est tombé au champ d'honneur. Son nom fut donné à la commune sur le sol de laquelle il tomba au champ d'honneur Ouillis aujourd’hui. Benabdelmalek Ramdane. Ce 4 novembre 2011 est une journée de commémoration et de recueillement, pour toute la région du Dahra.  

 

Benhamou Benchaida
Vendredi 30 Octobre 2015 - 17:53
Lu 492 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+