REFLEXION

Des logements détournés de leur vocation à Fornaka

Parmi les 182 logements sociaux bâtis à Fornaka, quelques-uns ont été distribués, d’autres attendent de l’être, 70 logements sociaux participatifs et des centaines de logements ruraux ne semblent point se destiner pour abriter les familles nécessiteuses, beaucoup de ces logements ont été détournés de leur vocation, surtout les logements ruraux.



Sans surprise, là c’est encore et toujours le récurrent problème de qui a pu bénéficier réellement de ses logements destinés théoriquement à ceux qui en ont le plus urgemment besoin, qui occupe les devants d’une actualité locale qui n’a pas été tendre avec la commission ayant effectué une telle distribution qui semble répondre en tous points aux critères établis. Par ailleurs, il y est même signalé des cas et des intentions de vente et de mise en location parmi certains bénéficiaires de ces logements. Soit une preuve de plus que le logement social dans la commune peine encore à trouver son chemin naturel vers ses destinataires réels, les vrais nécessiteux, et il a fini par devenir un créneau porteur pour qui cherche à s’enrichir facilement sur le dos de ces concitoyens et des programmes étatiques du logement social. Le logement rural n’a pu connaître un meilleur sort, il a perdu de son originalité, il tend a être un nouveau commerce qui rapporte gros selon certains bénéficiaires qui n’ont pas trop attendu pour le revendre au noir au plus offrant, alors que d’autres postulants à ce type de logement commencent à perdre espoir dans ce programme présidentiel destiné à venir en aide au plus nécessiteux en matière de logement et à fixer sur place la population rurale. Les logements qu’ils attendent depuis plus d’une année, n’ont toujours pas vu le jour, faute de disponibilité de terrain constructible leur dit-on. Dans le même temps, une vaste opération de vente et de revente touche les logements ruraux réalisés lors des précédents programmes, comme en attestent les numéros de téléphone écrits à la peinture sur les façades des logements vides, la plupart jamais habités. Contacté sur son portable, l’un de ces heureux vendeurs de logements financés par l’Etat ne demande pas moins de 1 300 000.00 DA pour un logement pour lequel il n’a pas déboursé le moindre petit centime. Voilà un programme ambitieux détourné de sa noble vocation et transformé en une source d’enrichissement facile et illicite au détriment des nécessiteux et des finances publiques. Le plus curieux c’est que les autorités locales ne semblent guère se rendre compte de ce phénomène de détournement et surtout d’une situation paradoxale, où des citoyens relativement aisés et venus de divers horizons se logent ou deviennent propriétaires d’un logement rural dans la commune selon une pratique illégale et au détriment de la population nécessiteuse locale et de la demande locale en logements en général.

Ikram
Samedi 19 Novembre 2011 - 10:51
Lu 332 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+