REFLEXION

Des habitants de Mers El Hadjadj réclament la présence du wali d'Oran

ILS REVENDIQUENT DES POSTES D’EMPLOI

Des habitants du village balnéaire de Mers El Hadjadj, à quelque 45 kilomètres à l’Est de la wilaya d’Oran, déversent leur colère et expriment leur ras-le-bol. Ils savent que c´est la seule voie qui leur reste pour se faire entendre face à la passivité et la sourde d’oreille des responsables locaux. Ils ne veulent plus attendre et patienter. Ils se sont rendus à l´évidence que les autorités n´entendent que le langage de la rue.



Ils étaient donc plus de 300 habitants à fermer, hier, le siège du projet de l’Urée pour revendiquer leurs droits légitimes à une vie décente et surtout le problème du recrutement qui se fait en catimini entre les cadres gestionnaires de cette importante société coréenne qui emploie des étrangers dans des postes techniques à l’exemple des agents de sécurité qui pour la majorité d’entre eux ont été recrutés par leurs proches parents ,alliés et mêmes des amis ,des cadres de la Sonatrach «Y en marre des attentes. Notre village est négligé et on dirait que le maire de notre commune voue une haine viscérale à notre bourg», lance un villageois. Par cette action, les villageois exposent toute une plate-forme de revendications. Ils demandent le revêtement des routes du douar Hassasna qui sont actuellement dénivelées et l´ouverture de nouvelles pistes pour désenclaver le village. La route principale qui traverse le village, du côté Ouest, est impraticable depuis le lieudit Chouacha. Un tronçon de quelques centaines de mètres est totalement négligé, et l´on est en droit de se demander où est passé le budget qui lui a été alloué. Celle du côté Est, est un peu mieux lotie mais très étroite. Les résidents demandent également la construction des abribus pour éviter aux écoliers la chaleur caniculaire de la saison chaude et les pluies glaciales de l´hiver. Parmi les revendications exposées par les manifestants, figure aussi la construction d´un CEM. «On nous a promis ce projet mais jusqu´à aujourd´hui, il y a rien d´officiel. C´est pourquoi on réitère cette demande», a-t-on expliqué. Un réseau d´assainissement pour l´ensemble du village, une cantine scolaire pour l´école primaire de Hassasna, l´éclairage public et le quota des villageois dans le programme des aides à l´auto construction sont les autres doléances des habitants de Hassasna et de Chouacha. «Notre village est le plus délaissé de la commune. On n´a rien pour vivre une vie normale. Les directions nationales des partis au pouvoir appellent leurs représentants à discuter avec les citoyens en vue de régler leurs problèmes. Leurs représentants ici ne veulent rien entendre», lance un citoyen.«Avec toutes ces revendications, vous pouvez comprendre que notre village est dans la précarité totale et aujourd´hui, on ne veut que notre part de cette Algérie», ajoute un autre. Cela étant, les habitants des douars de la commune de Mers El Hadjadj souhaitent également une visite du wali d’Oran pour constater la situation de leur village de visu puisqu’il ne l’a jamais vu, et ce n’est pas la première fois que les habitants de ce village ferment le siège de l´APC de Mers El Hadjadj. Les 29 et 30 août 2010, cette commune a été totalement bloquée. Mais au lieu de répondre favorablement aux revendications des villageois, les responsables locaux ont opté pour la voie des promesses non tenues.

Rafik M
Lundi 26 Septembre 2011 - 09:32
Lu 426 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+