REFLEXION

Des femmes intégrées dans des bandes maffieuses à Oran



Des femmes intégrées dans des bandes maffieuses à Oran
Recrutées dans les boîtes de nuit, les salons de thé et même dans les milieux de la prostitution, les femmes sont de plus en plus enrôlées dans les réseaux de trafic en tous genres. Un constat fait par les services de sécurité grâce à plusieurs enquêtes. Ainsi, deux femmes ont été arrêtées ces derniers jours pour appartenance à des réseaux de trafic de faux billets et de téléphones portables. Natives d'Oran, A.S., 26 ans et N.N., 22 ans, ont été  recrutées   dans les salons de thé d'El Bahia. Aujourd'hui, elles sont des centaines à s'intégrer dans les bandes spécialisées dans le trafic de drogue. Un nouveau phénomène qui laisse prédire une grande menace potentielle.
Ces femmes  deviennent de plus en plus la «carte par excellence» pour les réseaux du mal. Aujourd'hui, plusieurs de ces réseaux de trafic en tous genres recourent à ce recrutement de choix pour arriver à leurs fins. Selon plusieurs sources sécuritaires, les chefs de bandes recrutent ces femmes dans les salons de thé, mais aussi dans les boîtes de nuit et les milieux de la prostitution dans le but de les utiliser pour escorter des quantités de drogue et des millions de faux billets provenant de la contrebande. Plusieurs de ces femmes aux mœurs douteuses ont été localisées, identifiées puis appréhendées par les services de sécurité au cours de plusieurs enquêtes. A Oran, deux dangereuses proxénètes recrutées dans les salons luxueux de la ville ont été arrêtées récemment lors de deux opérations différentes. Ainsi, la vigilance et les enquêtes menées par les services de sécurité ont permis d'identifier plusieurs d'entre elles et de procéder à leur arrestation. Lors d'une mission visant à arrêter une dangereuse femme d'Oran, la section de recherches de la Gendarmerie nationale d'Alger s'est rendue sur place. Là, les enquêteurs ont identifié la femme, la nommée A.S., âgée de 26 ans. Cette dernière qui habite le quartier populaire d'El Hamri était engagée par un réseau spécialisé dans le trafic de faux billets de 1000 DA.                                 

Medjadji H
Mercredi 23 Novembre 2011 - 10:56
Lu 791 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+