REFLEXION

Des familles bloquent une rue à la circulation à Ain Témouchent

Une dizaine de familles occupent depuis plus d’une semaine, la rue Maghni Sandid Fatma à Ain-Temouchent, avec des banderoles accrochées aux murs, où l’on pouvait lire : "Nous demandons nos droits" , ceci après qu’une partie de leur immeuble où elles habitaient, notamment pour signaler aux autorités que certaines toitures et quelques murs ceinturant l’escalier principal étaient fissurés d’où le risque d’effondrement de leurs habitations.



Devant cet état de fait, et pour parer à toute éventualité préjudiciable sur leur santé et sécurité , et celles de leurs enfants,   les chefs de ces  familles  n’ont choisi la rue que pour s’abriter  , à la merci des aléas climatiques notamment caniculaires durant cette période de grandes chaleurs , en occupant cette rue et en bloquant carrément la circulation qui a été déviée vers d’autres issues et rues du centre de la ville. Des  informations recueillies font état  de cet incident ayant causé des blessures à certains habitants qui auraient été secourus, auscultés  et soignés au service des urgences médicales de l’hôpital d’Ain-Temouchent. L’immeuble qu’occupent ces familles, appartient à un  privé qui aurait esté les locataires en justice aux fins d’expulsion. Des interrogations se posent parmi la population locale sur  l’absence d’une solution à cette situation qui nuit à l’ordre public, et à la santé publique. Certains contestataires se sont rapprochés de la presse écrite pour l’informer qu’ils occupent les logements de cet immeuble depuis 10 ans ou plus. Rappelons que cette situation qui se crée au vu et au su de tout le monde suscite de profondes interrogations notamment les commerçants et les habitants riverains à cette rue principale, qui se trouvent contraints de  faire un détour pour se rendre  à leurs domiciles respectifs. Ces derniers ont affiché des banderoles écrites en arabe mentionnant les expressions suivantes : » Nous demandons nos droits  » « visites des responsables locaux de la daïra, de la protection civile, des services de sécurité territorialement compétents, des services du CTC, et aucune décision  n’a été prise pour régulariser leur situation.

B.Abdelgheffar
Lundi 25 Juin 2012 - 10:56
Lu 300 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+