REFLEXION

Des entrepreneurs imposent leur diktat à Sidi Bel Abbès

FACE AU SILENCE COMPLICE DES AUTORITES LOCALES

Des citoyens de la wilaya de Sidi-Bel-Abbès tiennent à dénoncer à travers les colonnes de notre journal, le comportement irresponsable et le silence complice des autorités locales de la wilaya de Sidi-Bel-Abbès, qui laissent faire des entreprises, qui exploitent les citoyens, bénéficiaires de logements, et qui leurs imposent de payer des sommes supplémentaires, allant jusqu’à 25O millions parfois, alors que le prix est plafonné d’après la circulaire et que les retards dans les réalisations ne leur incombent pas.



Des entrepreneurs imposent leur diktat à Sidi Bel Abbès
D’après une lettre dont nous détenons une copie, les bénéficiaires des logements de la cité 115 logements (Gambetta) SBA (2005-2009), dont le projet a connu un retard de plus de 6 ans, ces promoteurs leur demandent  une rallonge de 250 millions de centimes. Les habitants de la dite cité, se demandent, qui est responsable de ce retard et pourquoi ? Ils doivent supporter les conséquences de cette défaillance ! Les locataires de la cité des 80 logements (Bouladi), et le projet des 200 logements, de la cité « Sakia Hamra », se sentent lésés et victimes d’une grave injustice. Ils sont carrément harcelés pour payer une somme énorme, alors que le journal officiel n°32, du 8 mai 2002, stipule clairement que le prix est de 200 millions. Pire encore, puisque ces mêmes entrepreneurs, piétinent les lois de la république et se remplissent les poches, en encaissant la somme de 200 millions, qui représente la somme octroyée par l’Etat pour le soutien du prix du logement. Le texte n°7 stipule clairement, que lEtat ne soutient pas le prix quand le prix de l’appartement est de 4 fois  supérieur. C'est-à-dire qu’il dépasse les 200 millions, et justement, les entreprises bénéficient de cette somme de 50 millions de centimes, avec la complicité des services concernés. Les habitants contestent ces dépassements et ne comprennent pas pourquoi le wali ne veut pas les recevoir alors, qu’ils sont dans leurs droits. Ils lancent un appel pressant au président de la République car la situation s’envenime chaque jour devant l’absence d’une réponse concrète ou du moins d’un dialogue.

Mihoub
Mercredi 28 Décembre 2011 - 10:11
Lu 558 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+